mardi 7 août 2012

Assomption 2012: nos prières confiantes pour notre pays

L'Assomption est une grande date mariale. Une fête encore très populaire. Elle est aussi le dernier moment estival de prise de recul spirituel avant la rentrée. Pour ces raisons, les Évêques de France proposent aux catholiques de l'ensemble des diocèses de s'unir dans une même Prière universelle. Dans l'inquiétude de la crise économique sociale et internationale, devant la gravité de choix sociétaux de portée considérable, il est essentiel de conscientiser l'opinion au-delà de la sphère pratiquante habituelle. Non seulement la Mère du Christ recueillait les événements en son Coeur, mais aussi elle les méditait et concrétisait sa réponse envers eux. Puisse Notre-Dame de l'Assomption éclairer nos décisions personnelles et collectives.
Le Centre Saint Paul (Chapelle Saint Joseph) s'unit bien volontiers à la prière proposée, que nous dirons le 15 aout prochain:
En ce jour où nous célébrons l’Assomption de la Vierge Marie, sous le patronage de qui a été placée la France, présentons à Dieu, par l’intercession de Notre-Dame, nos prières confiantes pour notre pays :

1. En ces temps de crise économique, beaucoup de nos concitoyens sont victimes de restrictions diverses et voient l’avenir avec inquiétude ; prions pour celles et ceux qui ont des pouvoirs de décision dans ce domaine et demandons à Dieu qu’il nous rende plus généreux encore dans la solidarité avec nos semblables.

2. Pour celles et ceux qui ont été récemment élus pour légiférer et gouverner ; que leur sens du bien commun de la société l’emporte sur les requêtes particulières et qu’ils aient la force de suivre les indications de leur conscience.

3. Pour les familles ; que leur attente légitime d’un soutien de la société ne soit pas déçue ; que leurs membres se soutiennent avec fidélité et tendresse tout au long de leur existence, particulièrement dans les moments douloureux. Que l’engagement des époux l’un envers l’autre et envers leurs enfants soient un signe de la fidélité de l’amour.

4. Pour les enfants et les jeunes ; que tous nous aidions chacun à découvrir son propre chemin pour progresser vers le bonheur ; qu’ils cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère.

Seigneur notre Dieu, nous te confions l’avenir de notre pays. Par l’intercession de Notre-Dame, accorde-nous le courage de faire les choix nécessaires à une meilleure qualité de vie pour tous et à l’épanouissement de notre jeunesse grâce à des familles fortes et fidèles. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur.

17 commentaires:

  1. On tutoie Dieu maintenant au centre Saint-Paul ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En latin? Certainement. -- Bon, soyons sérieux, il y a des époques qui vouvoient Dieu, des époques qui le tutoient (je citerais le 16e, de mémoire) et si ça se trouve nous dirons 'vous' le 15 aout. -- Cela dit, votre remarque et quelques autres, lues ici ou là, me disent assez qu'à chaque fois que des évêques diront ou feront quelque chose, il se trouvera quelques tradis pour trouver que c'est pas assez ceci et insuffisamment cela. C'est peu enviable... et heureusement peu représentatif.

      Supprimer
    2. Les évêques made in Vatican II ont tellement besoin de vous pour prendre leur défense. C'est émouvant.
      Cela dit je vous salue cordialement dans le Christ.

      Supprimer
    3. Rien pour le salut des âmes, contre l'apostasie, contre l'avortement, le relâchement des moeurs, c'est vous qui êtes peu enviable et peu représentatif! Vous êtes démocrate maintenant? A vos yeux, Notre-Seigneur n'était sans doute pas du tout "représentatif" et certainement pas "enviable" devant Caïphe et Pilate! Mgr Lefebvre était très opposé à ce vouvoiement tout à fait contraire à la tradition française. C'est un manque de respect. Notre cher abbé devrait bien trouver un webmestre traditionaliste...

      Supprimer
  2. Voilà une pathétique "prière" tout à fait laique d'une certaine église de France bien laicisée c'est à dire qui a tout fait intériorisé le pseudo-dogme implacable de l'idéologie laiciste qui prétend ramener la foi chrétienne à une opinion et , plus encore , à une opinion qui doit rester strictement privée.

    Comme le dit le porte-parole ad hoc et tout à fait politiquement correct, "il faut conscientiser l'opinion au dela de la sphère pratiquante habituelle" en vue "de faire les choix nécessaires à une meilleure qualité de vie pour tous et à l'épanouissement de notre jeunesse grace à des familles fortes et fidèles" .....

    Plus précisément Mgr Podvin pourrait dire que la Vierge Marie gardait en son coeur tous les évènements de la vie de son Fils !
    Il ne s'agissait pas de n'importe quels évènements d'actualité....

    Le centre St Paul ferait-il tout ce qu'on lui dit de faire à la "sacro-sainte" conférence épiscopale ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Scheuet9 août 2012 à 12:35

      Excellent commentaire !

      Supprimer
  3. Nulle part dans cette "prière" on ne voit le commencement du début d'une prière pour le "Salut" et la conversion/ré-évangélisation de la France et des français.

    On a bien oublié les fortes paroles d'un JPaul II édulcoré , le JPaul II des débuts lors de son premier voyage en France...."France fille ainée de l'Eglise qu'as tu fait des promesses de ton baptême?"

    L'église de France n'a pas fait l'inventaire, le bilan et son mea culpa(ils préfèrent battre leur coulpe sur la poitrine des autres , les chrétiens d'avant eux , d'avant Vatican 2, les mauvais par essence)pour cette époque terrible et lamentable de l'immédiat après Concile .
    JPaul 2 était attendu de pied ferme par les camarades de la JAC, de la JEC, de la JOC....Pax Christi, avec Mannick et Akepsimas à la guitare et le Cardinal Marty et un épiscopat très social ....
    On y revient mezzo voce, sans le dire. Voyez les Bernardins et les conf de carême

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Hermeneias
      Vous avez entièrement raison, mais je crois que, effectivement, l'IBP est en passe de se "conciliariser" totalement.

      Supprimer
    2. Guy Robin

      Concernant l'IBP je ne sais pas et ne saurai dire . Mais si vous dites vrai alors il faut se demander pourquoi se processus de conciliarisation . Est ce que le fait de se retrouver sous la coupe d'une église(avec un petit e) transformée en boutique raliée, "normalisée" , laicisée et "démocratisée"(en parole seulement très autoritaire et implacable en fait)produit un effet émolient et sédatif pour arriver plus doucement à l'aposthasie "silencieuse" ,"souriante"(faussement" et "humaniste"(en parole).

      Et comment , pourquoi , cet effet émolient et sédatif ?

      J'ai aussi très bien connu telle autre communauté qui se situait en marge bien que dans l'Eglise catholique,reconnue par Rome, dés ses débuts. Cette communauté était critiquée par quasi tous les évêques français et son fondateur, philosophe et théologien dominicain connu,enseignant la philosophie à la faculté de Fribourg en Suisse,prenait à contre-pied toute la pastorale et la théologie/idéologie ecclésiale post-conciliaire . Alors que les séminaires officiels étaient vides cette communauté attirait beaucoup de jeunes et moins jeunes et était la mauvaise conscience d'une certaine église officielle en France....Il fallait donc absolument la "normaliser".
      Il semble que c'est ce qui s'est insidieusement passé par l'action de certains évêques de tutelle en écartant certaines personnalités et avec des promesses de reconnaissance et qqes flatteries (et quelques subventions ?).

      Bref, il ne semble pas facile de garder sa liberté de parole dans cette "église de France" "démocrate-chrétienne" et "humaniste".

      Supprimer
    3. @Hermeneias
      Vous faites sans doute allusion à la communauté fondée par le R.P. Marie-Dominique Philippe, que j'ai connu à l'époque où je fréquentais l'Office, Jean Daujat, l'Homme Nouveau de Marcel Clément, dans les années 1970-1974. Je sais qu'elle existe toujours, puisqu'elle anime la vie spirituelle du Collège Stanislas, dont je suis ancien élève. Il y a un certain démarquage par rapport au progressistes débridés, ce qui les fait traiter d'"intégristes" par ces derniers. Ils sont reconnaissants à Benoît XVI d'avoir infléchi la marche de l'Eglise officielle vers plus de tradition, plus d'encouragement à ceux qui ont une vraie vie de prière et une action missionnaire, contre la dérive qui menait au précipice. Mais ils sont foncièrement pour l'orientation conciliaire et ses nouveaux rites strictement observés. Ils sont donc pris dans le mael ström.
      Il faut relire la Déclaration de Mgr Lefebvre du 21 novembre 1974, son livre "J'accuse le Concile", ses Dubia et leur réponse, et même sa Lettre aux catholiques perplexes. Ce qui a déserté Rome, c'est bel et bien l'Esprit-Saint lui même, nous en voyons les tristes conséquences. Mgr Lefebvre demandait simplement: "Laissez-nous faire l'expérience de la tradition". Mais ils ne le peuvent pas, car ce serait la fin de leur propre expérience d'aggiornamento et de faux oecuménisme à laquelle ils tiennent tant, ils le savent. C'est pourquoi tous leurs efforts visent à étouffer l'un après l'autre ces foyers subsistants de tradition. Le dernier est la FSSPX.
      Votre analyse me semble juste: c'est le fait de se mettre sous cette coupe qui éteint tout. Voyez le processus utilisé: motu proprio Ecclesia Dei et statuts des nouvelles entités toutes issues du mouvement lefebvriste, puis onze ans après, obligation d'accepter de nouveaux statuts comportant la signature d'engagements en faveur du nouvel ordo et des textes du concile, alignement des FSVF, le Barroux, ICRSP, courte révolte le l'abbé Bisig à la FSSP suivie de son éviction et de son remplacement par le clan Le Pivain-Devillers-Berg. L'acceptation de cette "normalisation" à la soviétique au nom de l'obéissance est une véritable apostasie. La puissance des méchants est faite de la mollesse des bons, disait saint Pie X. Car il ne peut y avoir entente entre l'eau et le feu, entre le Christ et Bélial. Le sort de l'Eglise est en jeu, pas seulement celui de l'Eglise de France. Le poisson pourrit par la tête.

      Supprimer
    4. Guy Robin

      Il me semble que la ligne de crête est de se battre pour la foi "dans" l'Eglise et se faisant de faire preuve, soi-même, de cohérence car la foi ne devrait pas se diviser qui inclue la foi en l'Eglise du Christ Une Sainte Catholique Apostolique .
      En même temps il faut éviter l'écueil de l'irénisme bien-pensant et ecclésialement correct en voyant qu'il y a une guerre à "l'intérieur" de l'Eglise qui n'est pas sans relation avec des groupes et mouvements extérieurs à l'Eglise qui cherchent à l'utiliser, à la controler et à l'affaiblir pour mieux atteindre leurs buts politiques, économiques , sociétaux et religieux .

      Certains sous-estiment la perversité du Mauvais menteur dés l'origine....On n'en parle même plus...Plus pratiquement il faudrait que certains chrétiens s'intéressent un peu plus au fonctionnement de la conférence épiscopale , cette bureaucratie ecclésiale, qui semble bien noyautée en France

      Supprimer
    5. @Hermeneias
      Il y a contradiction entre la nécessité de l'unité de foi et l'existence d'une guerre de la foi dans l'Eglise. Non, seuls ceux qui sont dans la foi sont dans l'Eglise visible, j'ai déjà rappelé ici ce point du catéchisme.
      Vous n'avez peut-être pas connu l'Eglise sous Pie XII, admirable temps où nous, les vrais croyants, étions avec le pape dans la même foi, et combattions les progressistes de Témoignage Chrétien et de Pax, condamnés par Rome? Nous étions soutenus par la hiérarchie. La crise actuelle vient du naufrage dans la foi des autorités les plus hautes de l'Eglise. Elle couvait avant, bien sûr.
      La solution à cette contradiction se trouve dans Galates, I (Qu'ils soient anathèmes!) et dans la bulle Cum ex Apostolatus Officio de Paul IV, reprise par saint Pie V et plusieurs papes, dont saint Pie X et intégrée en grande partie (19 clauses) dans le Code de Droit Canonique (sauf la clause concernant le souverain pontife, ce qui n'enlève rien à sa validité): elle retire sa charge ipso facto ou après jugement à tout hérétique et tous ses actes sont déclarés nuls.
      Les docteurs et théologiens se divisent alors en deux: 1/depositus est; 2/deponendus est. Or, très peu de catholiques traditionnels ont une vision cohérente: la plupart rejettent aussi bien 1/ que 2/ et on voit fleurir une troisième voie: celle d'une Eglise sans véritable unité de foi (garantie par un magistère vivant continu infaillible) et sans unité de sacerdoce, avec un pape hérétique et schismatique toléré ou reconnu comme pasteur, à la fois capitaine et sabordeur, loup et berger (ou même loup-garou comme dans la dernière Lettre d'Avrillé!) et qui sera maintenu ultérieurement dans la liste des papes légitimes de l'Eglise, un pape qui détruit la foi et le sacerdoce. En espérant que l'on pourra repartir après la disparition de tous les vrais prêtres.
      En France, sur treize mille prêtres conciliaires, dont l'âge médian est soixante-seize ans, et dont plus de huit cents disparaissent chaque année, que restera-t-il dans vingt ans, avec soixante-seize ordinations sacerdotales prévues pour l'an prochain? Le nombre de fidèles diminuant en proportion, "ça ne se verra pas"! et des laïcs seront substitués quand il n'y aura plus assez de vocations polonaises ou africaines.
      Restent les évêques (4850 contre 2500 au concile, ça, ça marche bien! parce qu'il y avait encore un vivier de prêtres), le pape avec ses voyages, ses effets médiatiques, ses JMJ, ses Assise et leurs fruits spirituels des plus avariés...
      Et on espère reconstruire avec "ce qui restera"! Il vaudra mieux alors avoir une solide base de foi et de sacerdoce, sinon ce sera l'enlisement à nouveau, comme dans le naufrage actuel de la fausse majorité traditionaliste, qui sombre comme le Titanic, et dont vous ne semblez pas comprendre les causes de l'étouffement, puisque vous vous en étonnez.
      Je préfère la version de La Salette: "Là où était le Siège de Pierre, ils ont posé le trône de leur Abomination". Certains pensent que ce n'est pas encore réalisé, ils attendent des signes encore pires de la fin des temps que cette apostasie universelle. Nous avons pourtant aussi celui du retour des juifs antichrétiens sur la terre de Palestine, et ce n'est pas un mince signe.
      Moi non plus je n'étais pas avec Mgr Lefebvre jusqu'en 1974, et je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'il a dit ou fait, mais je l'ai suivi parce qu'il a sauvé la foi et le sacerdoce, à défaut de sauver l'unité, ce qui aurait pu arriver seulement si Pie XII avait vécu quelques mois de plus, après avoir fait Mgr Lefebvre cardinal comme prévu.
      Vous connaissez bien des choses, avez une vie spirituelle, tenez à certains points de foi fondamentaux, comme quelques-uns sur ce blog (Benoîte par exemple, ou même ce cher Julien), mais vous en ignorez beaucoup d'autres...On peut s'enrichir mutuellement, n'est-il pas vrai?

      Supprimer
    6. Tous ces commentaires font mal, car ils illustrent très bien une méconnaissance de l’Église post-conciliaire et font preuve d'une naïveté consternante. J'ai bien connu Pie XII et mon père a eu une audience privée avec lui. C'est un saint homme mais pour son époque il était beaucoup plus moderniste que Benoît XVI ! Il a suscité et autorisé nombre d'innovations ad experimentum qui ont été avalisées non par Vatican II, mais par les post conciliaires déviants ! Il suffirait de faire appliquer à la lettre par les prêtres tous les textes de JP 2 et de B16 sur la messe et nous aurions de splendides et saintes liturgies !

      Les membres de la Frat. St Pie X sont des "Christianistes", comme l'explique si bien le philosophe Rémi Brague, premier Français à recevoir le "Nobel de théologie" : "Prix international de théologie Joseph Ratzinger". Ils voient l’Église au travers d'un gallicanisme maurassien dépassé ! Ce n'est pas parce que la France est la fille aînée de l’Église, qu'il faut qu'elle se prenne pour le nombril du monde ! Dans une famille, la fille aînée est celle qui assume toutes les corvées que la mère ne peut pas faire ! Mais la fille aînée n'a pas à dicter à sa Mère, ce qu'elle doit faire ! Sinon c'est de l'orgueil ! Et l’orgueil est un péché mortel car il atteint le Père dans la Trinité !
      L'Eglise qui est en France va très mal, parce que nous, laïcs, n'avons pas suscité au sein de nos familles des âmes de saints prêtres : c'est tout !
      A l'époque où Mgr Lefbevre était jeune missionnaire, 7 missionnaires sur 10 étaient Français et les Eglises fondées par cette génération de prêtres sont, dans l'ensemble, belles par ce que nous y avons envoyé les meilleurs de nos prêtres ! Et maintenant c'est pareil ! Les meilleurs prêtres actuels, préfèrent annoncer l’Évangile en terre de mission que d'affronter des Évêques, des prêtres et des laïcs déviants en métropole ! Et comme les Cathos qui raisonnent bien et qui ont la foi, préfèrent se ghettoïser dans une branche sectaire et repliée sur elle-même, plutôt que d'affronter chaque Dimanche son curé pour le forcer à simplement appliquer les textes de Rome, et de témoigner sa foi en allant ostensiblement communier en recevant le corps du Christ sur sa langue et à genoux, comme le réclament JP 2 et B 16, les positions se radicalisent et les malentendus laissent place à des attitudes schismatiques ! Ce n'est pas une raison, parce que la majorité des évêques, des prêtres, et des fidèles de l’Église en France se comporte selon une "apostasie silencieuse" comme l'a défini le Pape Benoît XVI, qu'il faut que les Lefebvristes se réfugient dans une position orgueilleuse et dédaigneuse qui n'a rien de Chrétienne, car comme disait Blaise Pascal, qui n'a pas vécu le concile Vatican II, : "Qui veut faire l'ange, fait la bête" !

      Supprimer
  4. Pour nous divertir de ce passionnant débat, et vraiment fondamental (!), entre autre sur le tutoiement ou le voussoiement de NS, je remarque avec un certain amusement, cette prière a été jugée très mièvre et consensuelle sur plusieurs blogs tradis, alors qu'à saint Merry ils s'en scandalisent puisqu'on y prie pour que les enfants "beneficient de l'amour d'un père et d'une mère", propos vraiment discriminatoires à l'égard des homosexuels... et de leur droit d'adopter.
    N'hésitons donc pas à la dire ! Le Quinze Août de passage à Paris je serai au centre Saint Paul pour la dire avec vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc Vincent vous trouvez divertissant que St Merry s'en scandalise et que les "blogs tradis" la trouve (pour le moins) consensuelle ?
      Et cela vous motive pour venir la dire au centre St Paul ?

      Au cas où vous auriez des problèmes de lecture je vous signale qu'il s'agit de savoir si cette "prière" est chrétienne tout simplement....ou si la ligne officielle de l'épiscopat normalisé ,et bien en cours, n'est pas celle d'un christianisme vidé de sa substance et "new age" compatible transformé en spiritualité bon marché pour troupeaux de consommateurs décérébrés

      Supprimer
    2. Je voulais surtout dire que j'étais sensible à l'ironie de la situation, les uns et les autres scandalisés pour des raisons tout à fait opposées. Vous y allez un peu fort avec le "new age", je trouve, mais je suis d'accord avec vous sur le côté consensuel et timoré de cette déclaration (donc je ne penche pas pour Saint Merry !). Mais rassurez vous, ce n'est pas cette prière qui me motive pour aller au centre saint Paul, je crois que c'est plutôt la curiosité du provincial que je suis pour ce qui s'y fait - et mon intérêt pour la liturgie traditionnelle bien sûr.

      Supprimer
    3. Moi ,le 15 aout, j'essaierai de dire mon chapelet,comme d'hab (pour la France,les vieux,les jeunes,les bébés,ceux qui ne connaissent pas Dieu,ceux qui ne l'aiment pas ,pour le Centre St Paul,pour tous les prêtres et tous les séminaristes,bref pour le monde et la joie d'y vivre).

      Supprimer