samedi 13 décembre 2014

Le Troisième secret au Cinéma [par l'abbé de Tanoüarn]

Lorsque j'ai appris cela, j'ai cru que c'était un gag. Mais voilà que Marc, mon vieil ami, genre cathophile agnostique, me téléphone : "As-tu entendu, vu, que penses-tu de M ou le troisième secret de Fatima ?". Cette fois pas de doute : il y a un cinéaste, Pierre Barnérias, qui a osé faire ce film sur le troisième secret. Ce n'est plus radio-bigote. Ca existe en vrai. Marc est volontaire pour aller le voir une deuxième fois, parce que, me dit-il, "je t'avoue que je n'ai pas tout compris". Rendez-vous est donc pris Rue Saint-André des arts. Deux heures. On voit à peine passer le temps au cours de ce documentaire qui nous emmène aux quatre coins de la Planète, dans une enquête un peu échevelée sur... le surnaturel chrétien, et plus précisément sur le miracle catholique. Tout y passe : les images "interdites" de la messe au cours de laquelle, Mgr Decourtray officiant, l'hostie était restée dix centimètres au dessus de la nappe d'autel pendant un quart d'heure ; les icônes qui suintent de l'huile, non seulement en Syrie mais en banlieue parisienne ; la foudre qui tombe sur le Vatican au moment de la démission de Benoît XVI. Barnerias raconte. Il accumule. A vous de juger, semble-t-il nous dire. Je me tourne vers Marc, optimiste : "D'accord à 80 % - A 60 % tu veux dire". Je ne chipoterais pas : on n'est pas à 20 % près. Je dirais même : s'il n'y avait que 10 % de dur, 10 % d'irréfutable... Cela suffirait ! Je m'abstiens pour l'instant d'expliquer cela à mon voisin : le film n'est pas fini. Ca continue, un peu genre "Des racines et des ailes" me précisera Marc. C'est vrai, c'est du gros cinéma. Mais il y a des trucs... Impossibles!

Cette miraculée de Lourdes, d'abord, handicapée et réparée, qui ne croyait pas à son propre miracle et qui nous explique cela le plus naturellement du monde : "J'ai bien senti qu'il y avait quelque chose, mais je n'ai rien dit. J'ai eu trop peur qu'on se f... de moi. Divorcée, remariée, pourquoi moi ?" Ce miracle n'a d'ailleurs pas été reconnu par la Commission ad hoc, mais la miraculée est impressionnante. Jean-Pierre Mocky aurait dû avoir l'honnêteté de rencontrer des gens comme cela avant de faire son film idiot.

Dans l'architecture foisonnante du film, cette femme n'est d'ailleurs qu'un exemple, une illustration devrais-je dire. Le journaliste qu'est Barnerias enquête sur le miracle de l'huile à L'Haÿ-les-roses. Ca, si j'ose dire, je connais déjà. J'ai vu, nous avons visionné il y a quelques années au Centre Saint Paul la cassette de mon ami Nicolas. Un tel miracle était arrivé dans sa famille près d'Alep. On sait ce que ce pays est devenu depuis. La Vierge demande à ces gens de ne pas avoir peur. Barnérias, huissiers à la clé, authentifie le caractère inexplicable de ce fait.

C'est alors que notre cinéaste sans peur et sans reproche s'intéresse à Fatima. Il nous raconte la danse du soleil, devant 60.000 personnes, croyantes et incroyantes, qui ont laissé des témoignages. En fait, c'est le troisième secret qui l'intéresse : officiellement d'après le cardinal Ratzinger, à l'époque préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, ce secret consiste en la vision par les petits voyants d'un homme en blanc tué à coups de fusil. La vision est aujourd'hui publiée. Elle concerne l'attentat d'Ali Agça contre le pape Jean-Paul II en 1980, souligne le cardinal. Bref, la prophétie a eu lieu : circulez rien à voir. Barnerias ne se satisfait pas de cette explication. Il remarque d'ailleurs que lors de sa dernière visite à Fatima (visite à l'occasion de laquelle le secret avait été dévoilé), alors que le cardinal Ratzinger avait donné cette explication sensée rassurante, Jean-Paul II, lui, sur la grande esplanade du Sanctuaire, avait fait un sermon apocalyptique... Comme s'il voulait se faire l'écho, par là, du véritable message de Notre Dame.

Qu'en est-il ?

L'enquête devient intense. Barnérias part à Kito au Japon où le visage d'une statue de la Vierge a été marquée de taches de sang. Le Japon, nous l'avions vu au début du film, c'est le pays de Notre Dame de la bombe, cette statue mystérieusement épargnée par l'apocalypse de Nagazaki, en 1945, alors qu'elle se trouvait presque à l'épicentre du rayonnement monstrueux de la charge nucléaire. Au Japon, à Akita, la Vierge se confie à une religieuse sourde, que nous voyons au cours de ce film (pas une allumée, c'est sûr)... Et elle pleure des larmes de sang. Mais cela ne suffit pas à Barnérias. C'est à Rhode qu'il aura ce que j'appellerais sa clé de l'énigme. Une convertie, Vassula Ryden, a eu l'occasion de voir Mgr Ito, évêque de cette ville d'Akita, qui est justement le lieu des apparitions japonaises. Mgr Ito sortait de chez le cardinal Ratzinger. Il lui avait confié le secret de Notre Dame d'Akita. Le Préfet l'avait gardé pendant une nuit. Il lui avait rendu le lendemain sans commentaire : "Eminence, vous voulez envoyer un enquêteur sur place pour que l'Eglise se prononce sur les apparitions - Je n'ai pas besoin d'enquêteur. Ce secret correspond parfois mot à mot au secret de Fatima". Il s'agit donc bien d'événements terribles qui vont toucher l'humanité et d'une crise de la foi qui est sans précédent.

La cause semble jugée. Le cardinal Ratzinger a cru devoir finasser à propos du secret, mais il ne croit pas lui-même à la version qu'il a rendue publique. Cette réserve permettait sans doute de ne pas effrayer les populations et de ne pas démoraliser ce qui reste de l'Eglise.

Dans son film, Barnerias ne fait pas d'explication de texte. Il montre. Et il nous laisse conclure.

Personnellement, j'avais publié dans Pacte une analyse du troisième secret tel qu'il avait été révélé par le cardinal Ratzinger. Pour moi, il est authentique. La vision est authentique. Mais "on" a enlevé le commentaire de cette vision, pour pouvoir, en toute tranquillité identifier l'homme en blanc du texte que nous possédons avec le pape Jean-Paul II en invoquant l'attentat de 1980. Oui, cette vision est probablement authentique, elle est rédigée de la main de Soeur lucie. Mais elle est incomplète. Que signifie cet homme en blanc qui défaille? Est-ce en sa vie qu'il est menacé ou dans sa fonction : il nous aurait fallu le texte. Dans les trois secrets, à chaque fois, il y a d'abord une vision, puis un commentaire. Le commentaire du dernier secret manque. Il est très probable que ce commentaire commençait par ces mots du dernier mémoire, qui ont comme échappé à Soeur Lucie : "Au Portugal se conservera le dogme de la foi". Mais ailleurs? Le dogme de la foi... Qui peut comprendre, comprenne.

18 commentaires:

  1. Monsieur Chrzaszcz13 décembre 2014 à 09:27

    Ce qui est ennuyeux dans le message de Fatima, c'est qu'il est abscons. Quand la Vierge apparaît, normalement, c'est pour dire une chose simple, que ne comprend par forcément le voyant, mais qui est tt de même limpide ("Je suis l'Immaculée Conception" ça exemple) ou encore: "Priez de telle manière". A Fatima nous avons un texte complexe: ce n'est plus Marie qui éclaire les hommes d'Eglise par ses paroles - c'est au contraire les hommes d'Eglise qui doivent éclairer les paroles de Marie. C'est du reste un peu le même phénomène que dans la lecture de Vatican II à la lumière de la Tradition: rétro-éclairage! inversion de perspective! normalement c'est l'appareil critique qui éclaire le texte - et maintenant ce serait l'inverse? Va comprendre, Charles!

    A partir de là tt est possible. Mgr Williamson a dans son temps interrogé cette expression du "dogme de la foi": parce que nous savons ce qu'est la foi, nous savons ce qu'est le dogme mais nous restons perplexe devant le "dogme de la foi". Mgr W (je cite de mémoire) émettait l'hypothèse que peut-être cela signifiait que les dogmes sont vrais... pour de vrai. Que nous seulement tel dogme est une vérité (Jésus EST ressuscité) mais qu'en plus c'est vraiment vrai (Il est VRAIMENT ressuscité, ce n'est pas juste une manière de dire). Effectivement, et ce n'est pas con - reste à se demander si c'est bien ce qu'à voulu dire ND.

    D'autres se sont demandé quel était ce Portugal... il ont écrit que pour un Portugais (je n'ai pas vérifié), le Brésil était le Portugal, ou du moins un Portugal. Et (suivez mon regard) qu'au moment où tous les diocèses avaient adopté les réformes et le nouveau missel il en restait un (un seul, sur la planète Terre) où s'étaient conservés etc etc etc (oui, c'est de Campos et de Mgr Rangel que l'on parle).

    D'autres encore ont réfléchi à ces deux anges qui sous les deux bras de la Croix recueillent le sang du Christ avec des arrosoirs de cristal... ces deux anges sont devenus non plus anges, mais deux anges sous chaque bras, et donc deux fois deux égale quatre... "comme les quatre évêques de la Fraternité" grâce auxquels la grâce continue de couler sur les têtes des fidèles, de manière moins directe mais tt aussi efficace. Ne riez pas, je l'ai entendu.

    D'autres encore se situent dans une pyramide inversée, et une révélation (celle de Fatima ou une autre) prend dans leur religiosité une place démesurée, et semble presque devenir (si la chose était possible) une source plus importante à elle seule que tout le reste: sacrements, Évangiles, enseignements et 20 siècles de théologie: tout est revu au prisme de ND... par exemple de La Salette.

    D'autres encore veulent penser que l'Homme en Blanc est le pape JP2. Si je les suis, JP2 est donc mort tué par "un groupe de soldats qui tirèrent plusieurs coups avec une arme à feu et des flèches". Je veux bien le croire si c'est le cardinal qui le dit, mais rien n'indique que ça se soit passé le 13 mai 198. L'attentat de Rome ressemble de si loin à la scène décrite que l'on peut aussi bien penser que JP2 a été tué un autre jour de son pontificat.

    Il reste tt de même un témoignage de foi mariale assez impressionnant dans ces dérives. J'avais été frappé il y a des années de croiser un Indonésien issu d'une famille catholique, s’estimant parfaitement athée et rigolard. Dieu, pour lui, c'était de la blague. Jésus, il n'y croyait pas non plus mais il savait que c'était le fils de la Sainte Vierge. Et là, en évoquant la Sainte Vierge, il ne rigolait plus du tout. Lui-même en Indonésie avait eu l'insigne honneur de toucher le pied de telle statue...

    RépondreSupprimer
  2. Oui, Monsieur Chrzaszcz, c'est abscons parce que c'est coupé tout simplement et que l'ionterprétation de la vision du coup, c'est à nous de la faire, avec tous les délires que vous citez. Il y a des gens qui n'ont pas peur de poser aux sauveurs de l'humanité. Ils devraient y réfléchir à deux fois, d'autant qu'il y a eu un précédent et que... ça ne s'est pas très bien passé. Et puis ce précédent a-t-il besoin d'un suivant ? Même partagée en quatre (ou en trois) la mission est manifestement surdimensionnée pour de tels impétrants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur l'abbé, Votre explication et hypothèse ne tiennent pas pour qui connait un minimum les données certaines du vrai 3ème Secret... On sait par des témoins directs comme le cardinal Ottaviani ou Mgr Venancio qui ont eu en mains le vrai texte du 3ème Secret que celui-ci tient SUR UNE FEUILLE DE PAPIER. Or, la pseudo-vision publiée comme étant cette partie tient déjà sur UNE FEUILLE DE PAPIER : 4 petites pages en R°/V°. Bref, il n'y a plus de place pour un autre texte qui expliquerait la vision ! Ensuite, il n'y a pas de place non plus pour intercaler une pseudo-vision alors même que le 3ème secret continue le texte de la première phrase "au Portugal se conservera toujours le dogme de la Foi, etc." : etc. qui est une abréviation de Lucie pour signifier la suite du texte... Ensuite, vous écrivez une chose fausse : vous dites qu'à chaque fois, pour les 3 secrets, il y a une vision + un texte ! C'est très faux. Le premier secret est la vision de l'enfer (sans texte), le 2ème secret uniquement des paroles sans vision ! et soeur Lucie ajoute en plus que le Secret en entier (3 parties) contient trois choses DISTINCTES : distinctes non par la forme mais par le thème évoqué. Donc, Monsieur l'abbé, vous cherchez à ménager la chèvre et le chou mais sur des bases archi-fausses. La seule explication logique à tout cela est que la vision publiée le 26/06/2000 est un faux grossier. Ou alors, on croit à l'authenticité d'un texte abscons, sujet à un nombre incroyable d'interprétations (comme avec les prophéties de Nostradamus) sans que personne ne puisse savoir avec autorité ce qu'à voulu dire la sainte Vierge, autrement dit un texte qui ne sert strictement à rien puisque ce que dit la vision est déjà dans le 2ème Secret, en plus clair !! Ayez le courage Monsieur l'abbé, d'aller jusqu'au bout de l'analyse...

      Supprimer
  3. Le commanditaire japonais force la note sur "cette femme..." et oublie son divin Fils. Le remplissage avec des fumisteries comme Garabandal, Garges lès Gonesse (pas l'Haÿ les Roses), etc..., alourdit inutilement le film. Tout ce qui est dit sur les circonstances du 3ème secret est juste et intéressant. Notamment la conférence de presse des cardinaux Bertone et Ratzinger. Eclairant. On voit bien là qu'on a essayé de nous bourrer le mou. Quant au 3ème secret lui-même, cela reste un secret, par définition. On a tout de même une petite idée...

    RépondreSupprimer
  4. Benoîte, le retour :
    J’avais envisagé, il y trois semaines, au premier dimanche de l’avent, de revenir sur ce blog et de souhaiter à tous la « bonne année » car l’année liturgique, et c’est la seule qui nous importe, débutait ce jour-là. Nous voilà déjà au troisième dimanche de l’Avent, dimanche de « gaudete » ! Voici donc le vœu que je vous adresse chers Métablogeurs pour cette nouvelle année : « gaudete In Domino semper » ( réjouissez-vous toujours dans le Seigneur) !
    Je m’aperçois aussi que les thèmes de ce blog n’ont pas vraiment changé : Immaculée Conception, Fatima…etc. C’et à cette insistance que l’on perçoit l’importance de ces sujets. Commentaire dans la suite :

    RépondreSupprimer
  5. Monsieur Chrzaszcz se trompe lorsqu’il affirme la limpidité du dogme de l’Immaculée Conception. Il n’est « clair » pour personne et Maximilien Kolbe s’est cassé la tête toute sa vie pour en percer le sens. Il n’y a, de plus, aucun consensus sur le sujet comme si le mystère en restait entier. Pas d’explication spéciale à Lourdes et Bernadette Soubirous est partie avec son secret bien gardé. On peut donc facilement élucubrer. En toutes choses, il est sage d’observer, d’écouter et de ne pas se laisser avoir par le mental. Il y a une sorte de réalisme religieux à maintenir et c’est probablement la façon la plus simple de recevoir l’Esprit. La simplicité de l’enfant, sans doute. Au risque de me redire j’évoquerai encore une fois J.P.II à Lourdes : Il évoque la « vierge Eucharistique » second terme aussi mystérieux d’ailleurs que le premier mais qui nous renvoie obligatoirement au mystère de l’Eucharistie, l’Immaculée Conception étant alors « Corps et Sang » immaculés. Ce qui explique d’ailleurs le pressentiment qu’en avait M.Kolbe lorsqu’il affirmait qu’Elle était "plus" que l’épouse du Saint Esprit. L’ennui aussi au sujet de Marie et de Notre Dame c’est que l’on met tout dans le même panier : Marie créature, l’I.C. ainsi que toutes les apparitions mariales. On met tout sur le même plan et personne ne se soucie des incohérences. Notre intellect compare peut-être ce phénomène avec celui du Christ (avec ses deux natures). C’est bien embêtant car la chose n’est pas comparable ! On pourrait émettre l’hypothèse que Marie serait née créature humaine (mais avec un cœur immaculé) et que, lorsque « l’Esprit la recouvre » elle serait « habitée » par un « don de Dieu », l’Immaculée Conception, « Corps et Sang » immaculés afin de recevoir en son sein, Dieu lui-même. Puis, une fois « l’opération du St Esprit » accomplie, Marie redeviendrait ce qu’elle était : Vierge au Cœur immaculé. Cela donnerait plus de sens à l’ignorance que la Vierge Marie manifeste dans les Evangiles au sujet de son Fils qu’elle ne comprend pas toujours et qui devrait être pourtant limpide pour une « Immaculée Conception ». Peut-être que Maximilien Kolbe flirtait avec cette idée mais la peur éventuelle de trouver une 4ème personne de la Trinité l'empêchait d'aller jusqu'au bout de la réflexion (alors que ce dogme s'en trouverait inchangé!). De même, les apparitions n’auraient pas toutes les mêmes origines. Lourdes n’est pas Fatima et Fatima n’est pas la Salette etc. Cela me permet de rebondir sur ce billet de l’Abbé avec lequel je suis d’accord pour dire que le 3ème secret de Fatima est incomplet et que c’est cette incomplétude qui en fait un mystère. Je répète d’ailleurs qu’ayant relu les écrits de Sœur Lucie ainsi que les témoignages de ses proches, il est bien précisé qu’on lui aurait tant soit peu « forcé » la main pour écrire( et signer !) que tout avait été révélé. En privé, Sœur Lucie dit tout le contraire et précise bien que le message divulgué n’est pas conforme aux paroles de la Vierge. Alors, enfumage pour ne pas effrayer les foules ? La décision des Papes successifs plus importante que la Vierge du Rosaire qui se présente d’ailleurs comme « Le Cœur immaculé de Marie » ? Le secret devant être révélé en 1960, comment interpréter ce silence de la part de Rome et la façon dont Sœur Lucie fut dédaignée ?
    Pour en revenir à ce film qui je l’espère, descendra jusqu’en notre province éloignée, le mystérieux chrétien, c’est bien joli mais comme je le disais plus haut, il ne faut pas tout confondre ! Ce n’est pas une « minestrone » ! Par exemple, Les miracles de Lourdes sont très spéciaux. Ils ne sont pas forcément donnés à des chrétiens, ni à des personnes en prière, certains ayant été dans un état proche du coma. Cela est très instructif sur l’âme qui nous est en partie (ou en totalité) inconsciente… mais cela, c’est un autre sujet…

    RépondreSupprimer
  6. Tout n'est pas limpide chère Benoîte pour une nature pure et surtout pas Dieu. Marie comme nous tous vit de la foi, c'est-à-dire de l'ignorance

    RépondreSupprimer
  7. Monsieur Chrzaszcz14 décembre 2014 à 02:22

    "Monsieur Chrzaszcz se trompe lorsqu’il affirme la limpidité du dogme de l’Immaculée Conception"

    Vous m'aurez lu trop rapidement. Ce n'est pas le dogme qui est immédiatement accessible, c'est son énonciation. Ensuite, effectivement, on peut s’interroger sur le sens profond et les implications. Tenez: des hommes des générations passées (et futures) ont passé (et passeront) parfois toute leur vie à approfondir ces deux mots: 'Dieu est'. N'empêche que ça tient en deux mots.

    RépondreSupprimer
  8. Bien ou mauvais que soit ce film, on doit nous rappeler que les apparitions ne sont pas un dogme de foi. Il y a , certainement, des choses à être révélés, et s´il en a, Dieu y pourvoira.
    Faisons confiance seulement à Dieu, il est avec ceux qui prient et espèrent en Lui.

    RépondreSupprimer
  9. Un truc que je comprends pas : une révélation secrète. L'apparition de Fatima ayant été reconnue par l'Eglise, je suppose que le message de la Sainte Vierge doit être considéré comme faisant partie du dépôt de la Révélation ? Qui, ainsi que le rappelle l'Evangile, doit être proclamée sur les toits ? Dès lors je ne comprends pas comment la Sainte Vierge aurait pris l'initiative de ne transmettre son message qu'à quelques "initiés", et en plus le risque de voir son message secret devenir l'objet de toutes les spéculations, y compris les pires. Merci d'éclairer ma lanterne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les voies de Dieu sont impénétrables .
      Sinon la foi serait mathématique.Et les hommes des robots.
      Qui peut expliquer l'infini ?



      Supprimer
  10. Cher MAG2T, avant que la concupiscence ait « chatouillé » et délecté sa volonté dans le mal, Adam avait eu (avant le péché) un esprit fort, très juste, très éclairé … nous dit Pascal, puis voilà que « les ténèbres ont rempli son esprit » dans l’ignorance. (Traité de la prédestination et de la Grâce). Ainsi, on peut dire que la première chose qui survient concomitamment au péché originel, c’est l’ignorance, chose inconnue dans le Royaume de Dieu. C’est pourquoi, l’on peut dire (très benoîtement peut-être) que, au début du péché originel sont: La MECONNAISSANCE ET LA PEUR et ensuite (et seulement ensuite) viennent les concupiscences et la violence. La méconnaissance étant prise dans le sens précisé par Pascal= esprit coupé de la Connaissance, de même que la concupiscence vient du fait d’être coupé de l’état d’Amour. Ce qui revient à dire que l’état d’avant le péché se résume à être dans la « Connaissance et l’Amour », ce que nous retrouverons à la Résurrection des corps (corps-esprits). Tout cela n’est pas compréhensible par la lecture de la Genèse qui nous montre un Adam déjà embourbé dans cette Méconnaissance et cette Peur. Cette version du péché originel déforme tout, absolument tout ! Et cela à tel point que nous pouvons concevoir, par exemple, une « Immaculée Conception », « Corps et Sang Immaculés », à la fois sans l’ombre du péché mais pouvant malgré tout être dans l’ignorance et dans la crainte ! On ne s’embarrasse pas des contradictions ! On ne s’embarrasse pas non plus de ce genre de contradictions lorsqu’on déclare Jean-Baptiste « exonéré » du péché originel ! Mais pour en revenir à N.D. de l’Immaculée Conception, celle-ci ne peut-être qu’un « Royaume », Royaume qui prend l’apparence d’une dame si belle et si lumineuse que Bernadette pouvait s’écrier face à toutes les représentations qu’on essayait d’en faire : « N’avez-vous pas honte de me monter toutes ces horreurs » ! C’est pourquoi, je n’aime pas faire référence à la Genèse. Je l’ai dit maintes fois sur ce blog, timidement quelque fois mais plus courageusement aujourd’hui car cela ne fait pas avancer la connaissance des choses spirituelles et chrétiennes. C’est pourquoi je maintiens que Marie fut recouverte de l’Esprit qui mit en elle un Royaume Immaculé, sans tâche, Saint (comme l’Hostie) afin de pouvoir concevoir le Fils de Dieu qui la dépassait infiniment !
    Et pour répondre à l’anonyme de 17.16, la Sainte Vierge ne peut se révéler qu’à des âmes pures, c’est pourquoi elle se révèle à des enfants, mais dans le cas de Fatima, comme je le dis plus haut les secrets devaient être révélés au monde (sur ordre de la Sainte Vierge) en 1960. Les enfants de Fatima n’étaient que des intermédiaires passagers. Il n’y a pas « d’initiés », il n’y a que des Papes qui, sur ce sujet, font de l’embrouille !


    RépondreSupprimer
  11. La volonté de la Sainte Vierge mise en échec par la volonté d'un homme, fût-il pape ? Diable (si je peux me permettre) ! On ne peut plus compter sur personne ...

    RépondreSupprimer
  12. Puisqu'il est beaucoup question de cinéma, j'aurais bien aimé, M. l'Abbé, avoir votre regard sur le film Calvary de John Michael McDonagh...
    Pour moi, un énorme coup de poing dans l'estomac... et je me demande si je vais pouvoir reprendre ma respiration...
    Je crois que tous les prêtres devraient le visionner...
    Et les séminaristes...

    RépondreSupprimer
  13. Ce film est enfin descendu jusqu’à nous… dans notre profonde province. Personnellement, je n’y ai rien appris mais je l’ai trouvé très instructif pour les adeptes de l’Eglise conciliaire. En effet on y révèle des choses que la tradition connaissait et racontait depuis toujours, à savoir que l’Eglise était infiltrée et que le 3ème secret n’a jamais été révélé. Si tous ces paroissiens pouvaient enfin comprendre que cette messe face au peuple et centrée sur le repas qu’est la dernière Cène et non pas sur le sacrifice du Christ est une fabrication maçonnique, cela les ferait peut-être réfléchir ! Mais qui sait s’ils en ont envie ? Enfin ce film est en lui-même un témoignage de la fin des temps que nous avons commencé à vivre. Là aussi n’est aveugle que celui qui ne veut pas voir ! Je me souviens aussi, qu’à peine arrivée sur ce blog je me faisais moquer de moi, voir injurier parce que j’avais cité des détails sur la Franc-maçonnerie dans l’Eglise et sur la Banque vaticane, l’I.O.R. Aujourd’hui tout commence à être mis au grand jour, enfin et c’est bien l’apocalypse qui nous vaut ces changements.

    RépondreSupprimer
  14. "A la fin, mon coeur immaculé triomphera."

    C'est à mon sens la parole la plus importante de Fatima, sachant qu'il faut au préalable que la Russie soit consacrée au coeur de Marie par le Saint-Père. Et ça, comme nous le rappelle la Vierge dans tous ses messages depuis 1917, ça n'a toujours pas eu lieu !

    RépondreSupprimer
  15. La vision du 26 juin 2000 est un faux :
    Monsieur l'abbé, Votre explication et hypothèse (= « La vision est authentique. Mais "on" a enlevé le commentaire de cette vision ») ne tiennent pas pour qui connait un minimum les données certaines du vrai 3ème Secret... On sait par des témoins directs comme le cardinal Ottaviani ou Mgr Venancio qui ont eu en mains le vrai texte du 3ème Secret que celui-ci tient SUR UNE FEUILLE DE PAPIER. Or, la pseudo-vision publiée comme étant cette partie tient déjà sur UNE FEUILLE DE PAPIER : 4 petites pages en R°/V°. Bref, il n'y a plus de place pour un autre texte qui expliquerait la vision ! Ensuite, il n'y a pas de place non plus pour intercaler une pseudo-vision alors même que le 3ème secret continue le texte de la première phrase "au Portugal se conservera toujours le dogme de la Foi, etc." : etc. qui est une abréviation de Lucie pour signifier la suite du texte... Ensuite, vous écrivez une chose fausse : vous dites qu'à chaque fois, pour les 3 secrets, il y a une vision + un texte ! C'est très faux. Le premier secret est la vision de l'enfer (sans texte), le 2ème secret uniquement des paroles sans vision ! et soeur Lucie ajoute en plus que le Secret en entier (3 parties) contient trois choses DISTINCTES : distinctes non par la forme mais par le thème évoqué. Donc, Monsieur l'abbé, vous cherchez à ménager la chèvre et le chou (le Vatican ne serait que menteur par omission et non un faussaire) mais sur des bases archi-fausses. La seule explication logique à tout cela est que la vision publiée le 26/06/2000 est un faux grossier. Ou alors, on croit à l'authenticité d'un texte abscons, sujet à un nombre incroyable d'interprétations (comme avec les prophéties de Nostradamus) sans que personne ne puisse savoir avec autorité ce qu'à voulu dire la sainte Vierge, autrement dit un texte qui ne sert strictement à rien puisque ce que dit la vision est déjà dans le 2ème Secret, en plus clair !! Ayez le courage Monsieur l'abbé, d'aller jusqu'au bout de l'analyse...
    Je vous signale d’ailleurs que le Vatican a menti sans vergogne et c’est dans les documents officiels : une pseudo lettre de Lucie soi-disant destinée au pape (publié dans le dossier du Vatican), alors même qu’un membre de phrase (supprimé de toutes les traductions mais visible sur le fac-similé) dit le contraire ! Et qu’on a fait dire à sœur Lucie que c’était elle qui avait mis (« selon son intuition » !) la date de 1960, alors que par des sources anciennes et récentes (le dernier livre publié par les officiels de Fatima), elle dit que c’est la sainte Vierge !! Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose….. On ne peut plus avoir confiance dans ces officiels qui ne recherchent clairement pas la vérité mais à la détruire.

    RépondreSupprimer
  16. Puisque Fatima est une révélation privée, ce n’est pas «de foi». Ca tombe bien car j’ai du mal à y croire. De la même manière que j’ai du mal à croire à Medugorje, qui n’est seulement pas reconnue Les apparition sont traditionnellement des évènements sérieux. Quand parait la Sainte Vierge, c’est avec une message simple, que l’on comprend d’emblée. Par exemple Elle commande telle dévotion, elle confirme être l’Immaculée Conception. Bref, on est plus clair après l’apparition qu’avant.

    A Fatima c’est le contraire. Ce ne sont pas les paroles de Notre Dame qui éclairent les théologiens – ce sont les théologiens qui doivent éclairer, expliquer, interpréter pour donner un sens… sans qu’il soit évident ni qu’il s’impose forcément à tous. Bref, l’apparition est facteur de confusion, ce qui n’est pas tout de même pas banal.

    (De la même manière je m’étonne des textes qu’il faudrait «lire à la lumière de la Tradition», qu’il faudrait donc retro-éclairer pour les comprendre. Voilà qui est bien nouveau, on en conviendra. Normalement c’est le magistère qui nous éclaire et donne son vrai sens au corpus jusque là acquis – c’est très exactement sa raison d’être. Désormais il faudrait faire l’inverse?)

    Je sais bien qu’il existe des fatimologues – ce simple fait n’est pas anodin, par rapport à ce qu’est normalement une apparition. Je sais aussi qu’ils se disputent entre eux, ce qui renforce ma perplexité.

    J’en arrive au 3e secret de Fatima, et à sa publication retardée. J’ose une explication : et si les divers papes, prenant connaissance du texte en question, avaient éprouvé la même gêne que moi? et si, interloqués par le contenu du «secret», ils avaient préféré refermer le coffre, laissant la question à leur successeur? Je ne sais pas ce qu’il en est mais ce scénario est tout aussi probable, tout aussi respectueux, et tout aussi catholique que d’autres, que je vois passer ici ou là.

    RépondreSupprimer