samedi 7 février 2009

Et maintenant der Spiegel !

Le 28 janvier dernier, sur ce Blog, j'avais souligné que, pour Mgr Williamson, la double casquette d'évêque catholique d'une part, de prédicant mythologico-politique du négationnisme d'autre part n'était pas possible. "Il faudra qu'il choisisse".

Il me semble qu'il a choisi, en envoyant à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, par mail depuis l'Argentine, une interview vérifiée par ses avocats, dans laquelle il confirme tenir ces thèses négationnistes depuis les années 80. Il demande "du temps pour travailler" et fait état de la commande d'un livre de Jean Claude Pessac, démontrant l'impossibilité scientifique des Chambres à gaz.

Bref il est mûr pour un stage de perfectionnement de quelques mois à Teheran ! Mais qu'il ne s'y trompe pas : l'islamisme, dans ses composantes radicale est exterminationiste. J'ai pu vérifier cela de mes propres oreilles dans un taxi, entre la Gare de Lyon et la Gare Montparnasse : un colosse barbu, se disant algérien naturalisé français, m'a expliqué posément que l'extermination des juifs était dans le Coran. "Il ne faut pas le dire aux journalistes" a-t-il ajouté. Lui répondre qu'il n'y a pas trace d'extermination (le mot qu'il a employé) dans le Coran ? Je l'ai fait sans entamer sa foi. Là encore malheureusement tout est une question d'interprétation : si l'on prend tel verset de la sourate 9 à la rigueur, c'est tous les infidèles qu'il faudrait tuer... Et je crois que mon chauffeur se fondait aussi (quelqu'un a-t-il des références là dessus ?) sur des traditions plus ou moins anciennes concernant une eschatologie musulmane, assez effrayante et que les âmes simples prennent évidemment au pied de la lettre : "C'est la volonté de Dieu".

Mais revenons à Mgr Williamson. Il ne faut pas tout mélanger ! Je ne le crois pas du tout personnellement exterminationiste. Etant directeur du Séminaire de Winona, il entretenait, paraît-il, d'excellentes relations avec quelques rabbins new-yorkais, qu'il recevait dans cette citadelle de l'intégrisme catholique avec les honneurs... au grand dam de certains. Il dit au Spiegel que son problème est la vérité. Mais la vérité, pour un évêque catholique, c'est le Christ, qui efface et qui périme toute autre vérité. Prétendre chercher la vérité, tout en se rendant incapable de prêcher le Christ, comme il est en train de le faire, en soutenant l'insoutenable, c'est simplement absurde. Prétendre chercher la vérité dans Jean Claude Pessac, alors qu'il existe une imposante bibliographie sur ce que Raul Hillbert appelle "la destruction des juifs d'Europe", c'est, pour Mgr Williamson, tourner en dérision ses propres paroles.

Je suis persuadé que pour lui le fond du problème n'est pas là. J'allais dire : manifestement sa religion est faite sur le sujet. Parler de recherche de la vérité dans son cas n'a donc aucun sens.

Après cet entretien au Spiegel à paraître lundi, mais dont les bonnes feuilles circulent déjà un peu partout, il montre que ses excuses au Saint Père étaient de pure forme. A mettre ainsi gratuitement de l'huile sur le feu, il montre que l'avenir de la FSSPX, menacé d'interdiction en Allemagne, ne le concerne que de loin.

Quel est son objectif, car cette fois on est bien obligé de qualifier cet entretien au Spiegel d'action préméditée. Je dirai aussi : à quelle tentation est-il en train de succomber ?

Son objectif immédiat est d'empêcher le "ralliement" de toute la Fraternité Saint Pie X à Rome, en demeurant, comme évêque, en dehors du mouvement de retour à Rome, qui, lui, semble encore irréversible, grâce aux réactions courageuses de Mgr Fellay (la dernière : l'expulsion de l'abbé Abrahamowicz, qui, pour se solidariser avec Mgr Williamson, avait prétendu dans un journal italien que dans les Camps les fours ne servaient qu'à la désinfection).

La tentation à laquelle il succombe ? Après avoir été si longtemps mis de côté par Mgr Fellay, prendre à 68 ans la tête d'un combat planétaire, qui lui permettrait enfin d'accéder à une notoriété, sans doute diabolisée mais éclatante.

Je ne lis pas dans les coeurs, mais le choix prémédité du Spiegel me paraît particulièrement révélateur d'une démarche qui n'est plus celle d'un évêque catholique attentif au bien des âmes, mais celle d'un chef de Parti (le Parti de la négation), décidé à faire le maximum de scandale, dans le pays où cette histoire est forcément encore pour les goïm, la plus douloureuse du monde. Juste pour faire avancer son combat. Quel mépris des âmes, pour un Pasteur !

Je disais le 28 janvier : Mgr Williamson doit choisir. Il a choisi le Spiegel. Il a choisi le scandale. Il doit renoncer à son épiscopat. Le scandale est un motif canonique pour cela.
Print Friendly and PDF

24 commentaires:

  1. Sans vouloir aucunement manquer de respect à un Évêque Catholique, je prie pour que le Saint-Esprit éclaire l'esprit de Monseigneur Williamson, et le fasse méditer ce passage de l'Évangile :
    Mt, XVIII, 7
    "malheur à l'homme par qui le scandale arrive !"

    La mission d'un Evêque est de guider les âmes vers le salut, et non de faire de la provocation sur un terrain politique que l'on SAIT miné.

    Cette salissure éclabousse non pas sa personne-même, mais toute la FSSPX et toute l'Église.

    Le Saint-Père a raison d'exiger qu'un Évêque Catholique rétracte des déclarations en matière politique, qui ont un retentissement sur l'Église entière.

    Notre-Seigneur lui même n'a eu aucune attitude en matière politique.
    Le serviteur n'étant pas plus grand que le maître, il semblerait que Mgr Williamson n'ait pas été inspiré par le Saint-Esprit.

    Voilà les réflexions que m'inspire cette actualité qui vient ternir une liesse qui emplissait le cœur de tous les fidèles Catholiques animés du désir de paix.

    Ceci nous montre, s'il en était besoin, que le malin n'apprécie pas beaucoup l'unité et fait feu de tout bois afin d'empêcher l'unité de la Sainte Église Catholique Romaine et Apostolique.

    Prions donc continuellement pour le Saint-Père et pour l'unité de l'Église.

    RépondreSupprimer
  2. Il faut se calmer cinq minutes sur Mgr Williamson. Ses propos sont scandaleux? Oui. Et alors? Dans l'Eglise, il y a des voleurs, il y a des assassins, il y a des salopards. L'Eglise n'est pas une communauté de parfaits, et c'est heureux sinon je ne pourrais en faire partie, ni vous non plus peut-être. Scandaleux (par qui le scandale arrive) l'évêque Williamson, oui. Pas plus, et sans doute moins que nombre d'hommes d'Eglise (3.000 clercs accusés de pédophilie rien qu'aux Etats-Unis). Pas plus, et sans doute moins que le silence de Jean Paul II durant le génocide rwandais (800.000 morts en trois mois, le dixième de la population tout de même du pays le plus catholique du monde).

    J'entends bien que votre position est particulière: en tant que prêtre traditionaliste, issu du même groupe que Mgr Williamson, vous deviez sans doute condamner ses propos. C'est ce que vous avez fait la semaine passée déjà. De grâce, n'en jetez plus!

    Parce que depuis 10 jours c'est la curée, d'Angela Merkel à Nicolas Sarkozy himself qui passe à la télé pour nous dire "Je ne connais pas ce monsieur Williamson", et des éditorialistes par centaines qui ne le connaissent pas non plus mais en font le sujet du mois.

    Il est bien commode ce Mgr Williamson quand on est catholique réformiste et qu'on veut continuer à faire ce qu'on fait depuis 40 ans, à savoir tenir l'écart les traditionalistes. Oui, il est bien commode et complaisant, il aurait pu faire un long laïus, mais il a bien voulu faire tenir son crime abominable en une vingtaine de mots. Accessoirement, il permet à quelques prélats ayant certaines casseroles au derrière de se refaire une virginité morale, en dénonçant plus vilain qu'eux.

    Vous vous êtes exprimé, de grâce ne contribuez pas au buzz.

    RépondreSupprimer
  3. M. l'abbé,

    "La tentation à laquelle il succombe ? Après avoir été si longtemps mis de côté par Mgr Fellay, prendre à 68 ans la tête d'un combat planétaire, qui lui permettrait enfin d'accéder à une notoriété, sans doute diabolisée mais éclatante."

    Je ne connais pas votre âge, mais à ce détail près, ce passage de votre article a de saisissantes allures d'autoportrait...

    Aussi, de grâce, M. l'abbé, ayez la bonté de ne point hurler avec les loups, surtout quand ils sont libéraux. Les torts de Mgr Williamson regardent en tout premier lieu Mgr Fellay, qui lui avait "interdit, jusqu’à nouvel ordre, toute prise de position publique sur des questions politiques ou historiques" (Communiqué du 27 janvier 2009). Nul doute qu'il saura en tirer les justes conséquences, avec la justesse de vue que vous lui reconnaîtrez avec moi.

    Cordialement,

    Lulo

    RépondreSupprimer
  4. Cher Monsieur l'Abbé, je rejoins un peu le commentaire de Mirko et me demande s'il était bien utile de revenir sur Williamson... (mais vous faites bien ce que vous voulez, vous êtes chez vous !)
    Simplement, je souhaite relever deux erreurs dans votre propos : il s'agit de Jean-Claude PRessac et son ouvrage tente au contraire de démontrer la possibilité scientifique des chambres à gaz en réponse à Leuchter et aux autres négationnistes...
    Ainsi, je n'ai pas tout à fait la même analyse que vous concernant Williamson : je pense qu'il a voulu indiquer qu'il poursuivait sa réflexion sur ce sujet et que la lecture d'un livre démontrant la réalité des chambres à gaz pouvait l'aider... mais qu'entre temps, il ne comptait pas changer de position simplement à la demande du Pape...
    En revanche, vous avez tout à fait raison de souligner que pour un évêque, la seule vérité qui vaille la peine de mourir, c'est le Christ...
    Le fond de la question que cela soulève, c'est celui de la vérité... Est-elle monolithique, et lorsque l'on défend la vérité en matière religieuse et morale, cela oblige-t-il à défendre aussi ce que l'on pense être la vérité historique, géographique, économique...?
    Bref, vous avez sans doute là un beau sujet sur lequel vous pourriez nous éclairer... Il touche d'ailleurs au Magistère de l'Eglise, car cette situation ubuesque ne prouve-t-elle pas que lorsqu'on n'est pas en communion avec ce magistère, même l'idée que l'on se fait de la vérité peut être tronquée ou fausse ?

    RépondreSupprimer
  5. Mgr Williamson c'est un peu "l'homme au milieu des ruines" de J. Evola qui fait jouer du Beethoven en contemplant voluptueusement la dévastation. Il y a aussi du Che Guevara fumant son cigare pendant les exécutions de ses opposants... Cette posture romantique et esthétisante a un certain panache j'en conviens... mais elle fait fi de la SEULE chose qui importe en la matière (et dans l'absolu), à savoir le bien commun de l'Eglise, qui est aussi celui des âmes.
    Benoît XVI se retrouve de facto l'otage d'un évêque incontrolable et provocateur qui est en train de discréditer le combat de l'ensemble de la frange traditionelle de L'Eglise en l'aasociant à une cause douteuse. Et je ne crois pas que le pape ait le syndrôme de Stockholm !...Je crois que les autorités de la FSSPX feraient bien de régler le problème en interne et rapidement... car si le Vatican réagit brutalement c'est l'ensemble du processus en cours qui risque d'être (définitivement) ajourné...
    Amitiés
    B.P.

    RépondreSupprimer
  6. Me revoila, pour vous dire qu'il y a un malentendu sur le livre que Mgr Williamson annonce avoir commandé pour étude. Vous nous dites que l'auteur (Jean Claude Pressac) démontrerait l'impossibilité scientifique des chambres à gaz. Est-ce bien sûr? Le "Holocaust History Project" nous apprend que "Pressac's book is a definitive proof of the use of poison gas to murder Jews at Auschwitz and it is based on primary sources from the Nazis". Et que les droits d'auteurs ont été cédés à "the Beate Klarsfeld foundation". Voila pour la version anglaise, celle que lira sans doute Mgr Williamson. (La version française est en vente à memorialdelashoah.org qui n'est pas non plus une officine négationniste.)

    Vous écrivez qu'il existe "une imposante bibliographie sur ce que Raul Hillberg appelle 'la destruction des juifs d'Europe'". Les travaux de Jean Claude Pessac y figurent en bonne place.

    Je résume: On demande à Mgr Williamson de retirer ses propos. Il répond qu'il va retravailler ses positions, qui datent des années 1980. Qu'il lira pour cela le livre de Pressac (qui réfute les thèses négationnistes). Qu'éventuellement il s'excusera. Non pas parce qu'on lui a mis le couteau sous la gorge, mais parce qu'il sera arrivé à la conclusion qu'il s'est trompé.

    Je dis que toute cette affaire est regrettable, que Mgr Williamson a fait une grosse provoc débile, mais je dis aussi qu'en annonçant qu'il va lire Pressac il ne rajoute pas d'huile sur le feu. Bien au contraire.

    RépondreSupprimer
  7. Cher Monsieur l'abbé,

    Je rejoins Mirko et Marine. Fidèle de la FSSPX, je soutiens Benoît XVI et Monseigneur Fellay. Même si Monseigneur Williamson nous fait bien souffrir, à s'empêtrer dans ses affirmations, justifications et autres, ne nous acharnons pas sur lui... Il ne faut pas se faire d'illusion, si ce n'étaient pas ses propos qui étaient utilisés, les médias mal intentionnés trouveraient des dizaines de motifs, d'interviews ou autres pour qualifier les "tradis" de "fachos", de négationnistes ou autres...

    Par ailleurs je relève une troisième erreur dans votre post : l'abbé Abrahamowicz n'a pas dit que "dans les Camps les fours ne servaient qu'à la désinfection". Il a dit que les CHAMBRES A GAZ (qui ne sont pas des fours) servaient au moins à cela, et que pour le reste il n'était pas spécialiste.

    Monseigneur Williamson et l'abbé Abrahamowicz entretiennent une polémique hors sujet, ce n'est pas une raison pour déformer leurs propos.

    Vous allez penser que je ne veux vraiment pas que vous me publiiez, mais je serais honoré de votre réponse, y compris personnelle. Trois erreurs sur un post, c'est beaucoup. Je sais combien vous êtes un esprit brillant et perçant, un esprit que j'aime et que j'admire. Mais j'attendais de vous plus d'exigence intellectuelle (universitaire...)

    Je crains aussi que vous ne fassiez un procès d'intention à Monseigneur
    Williamson. Il me paraît téméraire d'affirmer que "ses excuses au Saint Père étaient de pure forme", et qu'il veut prendre seul "la tête d'un combat planétaire". C'est votre opinion et l'avenir nous dira ce qu'il en est. Mais de grâce, prudence.

    De quel scandale parlez-vous précisément ? Qui Monseigneur Williamson conduit-il à pêcher ? Un développement sur ce point m'intéresse : scandale catholique ? scandale pharisaïque ? Je ne suis pas un connaisseur. Et selon quel canon le scandale justifie-t-il un renoncement à son épiscopat ? Et que serait son renoncement ? Ne resterait-il pas évêque ?

    Bien à vous dans le Christ.

    LC

    RépondreSupprimer
  8. Moi aussi, M. l´abbé, j´eusse préféré ne pas avoir à lire cet article de votre plume. Le scandale est-il un motif pour interdire la charge épiscopale à un évêque? Certes, mais alors, que Mgr Gaillot y passe en premier. Et le cardinal Lehmann. Et tous les autres.

    Je veux bien dire que Mgr W a commis une imprudence abyssimale. Cependant, 1) il me paraît intellectuellement honnête, ce qui devient rare, et 2) il n´a pas scandalisé quant à la foi ni aux moeurs. Or, de ceux qui ont fait cela, justement, il s´en trouve des chapelets entiers, en poste, actuellement, dans l´Église.

    Alors...

    RépondreSupprimer
  9. Je confirme aussi ce que d'autres ont signalé : Pressac réfute point par point, de manière très convaincante, les pseudo-thèses négationnistes. Le livre sérieux et indispensable qu'il faut lire (pour qui veut avoir un minimum de connaissances sur le sujet) c'est bien sur "la destruction des juifs d'europe" de Raul Hillberg. Je veux dire aussi combien l'on est bien peu sévère pour Mgr Williamson : il a dit qu'il "poursuivait sa réflexion " ? Il se moque bien de nous car si c'était vraiment le cas il n'aurait pas pu affirmé son point de vue tranché sur l'extermination des Juifs et puis dire ça alors qu'une imposante bibliographie s'est élaborée depuis plus de cinquante ans grace à de grands historiens prouve son ignorance... Il ne comprends pas l'indignation qu'il suscite quand il demande des preuves de l'existence des chambres à gaz ? Comment réagirait-il si un catholique lui affirmait qu'il n'y a pas de preuves de l'existence de ... Dieu, qu'il poursuivait ainsi "sa réflexion"...?

    Rémi, un tradi en colère.

    RépondreSupprimer
  10. L'évêque Williamson a besoin de faire parler de lui.
    C'est un prurit assez courant chez certains prélats; come il ne se manifeste aucun miracle à son contact alors il essaie le scandale .Et ca marche!
    Je propose que le saint Pére lui enjoigne de passer le reste de sa vie dans un chartreuse à mediter - 10 pages par jour- sur le thème
    "silence et humilité" .
    En attendant il fait du mal au Pape,à La Tradition et à l'Eglise. Le seul interet de son attitude c'est d'avoir amené Mgr 23 et Mgr de Clermont Ferrand à prendre position en faveur du Pape !!!
    Le diable porte pierre.

    RépondreSupprimer
  11. Quelles que soient ses démarches de "recherche de la vérité", Williamson, face à la demande du Pape de se retracter publiquement, commet un grand péché, celui de l'orgueil !
    Face au St Père, c'est un vrai NON SERVIAM qu'il lui oppose, en n'obéissant pas, ne faisant pas confiance (le Pape, s'il demande la rétractation, c'est qu'il SAIT)et, comme jadis celui qui n'a pas voulu "servir" Dieu, mais affirmer son propre pouvoir, il prétend seul chercher les preuves d'abord et ensuite, seul encore, voir seulement si cela correspond à la vérité que reconnaît le Pape !

    Pour un évêque catholique cette attitude est soit une provocation, soit une ignorance des règles qui régissent l'Eglise, dans les deux cas il n'a rien à faire dans la fonction d'évêque, aucune justification à donner à son comportement dans le contexte de l'Eglise à laquelle il aspire appartenir.

    Saluons le courage de Mgr Felley qui le destitue (idem pour le négationniste italien renvoyé) et espérons que la Fraternité saura répondre en catholique à l'exigence du Pape par rapport au Magistère de l'Eglise (acceptation de tous les Conciles et du magistère de tous les Papes) car on ne peut faire de tri dans le Magistère de l'Eglise. De plus grands que l'évêque Lefebvre ont réfléchi à ces questions et les derniers Papes, dans leur rôle particulièrement difficile des pasteurs vraiment universels (vu les moyens de communication depuis le dernier demi-siècle) ont à maintes reprises donné des preuves de leur foi, leur profond encrage marial et dans le Christ. Ne soyons pas, nous tradis (certes pour certains eg mon cas surtout attachés à la messe StPV, tout en appréciant le NOM quand célébré comme au Vatican, à NDdP etc) ne soyons donc pas, nous tradis, comme l'équipage du Titanic qui croyait aussi connaître le chemin le plus court et le plus droit vers la destination (ici vers le Ciel) et on a tous vu comment cela a fini....

    RépondreSupprimer
  12. BRRR ...on en a des faurissons dans le dos...
    D'autres bombes autrement plus sales vont venir...Tous aux Catacombes....
    "Les chrétiens sont de tous temps jetés aux lions..Il n'y a que la sorte de lion qui varie".
    (Mgr Ghika)
    .Bonsoir et merci

    RépondreSupprimer
  13. Je lis depuis longtemps les lettres mensuelles de Mgr Williamson et j'ai l'impression d'un immense gâchis. Williamson, c'est une ouverture d'esprit fantastique (je n'imagine pas ses confrères écrire sur Andy Warhol ou sur Shakespeare), c'est une liberté de ton rare dans nos milieux (sa dénonciation du pay, pray, and obey), c'est quelques considérations bigrement bien vues (sur le dogme de la vérité), et c'est aussi (hélas) un gout poussé pour l'originalité, en bon Anglais upper class qu'il est. En gros, il fera sienne n'importe qu'elle thèse, pourvu qu'elle rime avec foutaise - et ne contredise pas le reste de sa pensée. Quand Mgr explique que le monde a 6.000 ans, et que les plaques terrestre s'explique par la rupture du monde (qui avant flottait sur l'eau), c'est de l'originalité. Quand il explique que les chambres à gaz n'ont pas servie à tué des juifs qui d'ailleurs ne sont pas morts, c'est de la provoc. Outre qu'elle heurte nos frères juifs elle porte un certain discrédit sur l'ensemble de notre communauté.

    RépondreSupprimer
  14. Nous payons aujourd'hui des années de négligence. Oui, nous sommes coupables. Nous avons laissé exister une petite minorité de frapadingues parmi nous. Petite, certes, mais visible. Résultat des courses, l'équation tradi=nazi s'est imposée (je force à peine le trait) dès qu'ont été connu les propos délirants de l'évêque Williamson.

    Coupable aussi les médias catholiques, les évêques de France, les curés de paroisse. En nous fermant les portes, en refusant toute confrontation, et se dérobant à tout dialogue, ils ont contribué à nous isoler, à faire de nous des inconnus y compris à leurs propres yeux. Moins fermés, ils auraient pu nous voir (et auraient permis que nous soyons vu) pour ce que nous sommes, c'est à dire des gens à peu près normaux, avec simplement des positions liturgiques et théologiques différentes des leurs.

    Voyez-vous, l'an passé je suis allé voir le curé de mon quartier pour lui signaler que s'il appliquait le motu proprio de juillet 2007 qui libère la messe traditionnelle, je serais heureux d'assister au culte dans MA paroisse. J'ai été accueilli par un homme plein de préjugés (négatifs) qui sans me connaitre m'a soumis à un flot de reproches("vous refusez ceci", "vous prétendez cela"). Il s'est un peu calmé quand je lui ai dit n'avoir pas lu les textes de Vatican II et que je demandais juste la messe traditionnelle. Je lui ai proposé qu'on se revoit, il ne l'a pas souhaité. Je dis qu'il y a là une occasion perdue de nouer le contact, et je dis que c'est dommage. Et peut-être voulu?

    RépondreSupprimer
  15. ___________________________________
    De grâce, arrêtons hurler avec les loups - Finissons-en avec cette curée ! - Lisez plutôt ceci:
    __________________________________

    Complot contre le Pape?

    Oui, sans doute! Et le Vatican lui-même y croit. Deux articles de Paolo Rodari. (4/2/2009)
    Aucune des réactions qui sont évoquées ici ne peut surprendre.
    Concernant le "complot", je n'avais eu accès à aucun "dossier", mais je m'en doutais un peu... sans grand mérite: Le Pape n'ira pas en Israël? Tant mieux! . Les ficelles étaient si grosses.
    Fiammetta Venner ne m'est pas inconnue, pas plus que Caroline Fourest. J'avais d'ailleurs été très étonnée de l'omniprésence de cette dernière dans les medias, au moment de la venue du pape en France: et elle était systématiquement interrogée comme "spécialiste", puisque venant tout juste de publier fort opportunément son livre:
    "Les nouveaux soldats du Pape": http://benoit-et-moi.fr/2008/...

    En ce qui concerne le cardinal Schönborn, si ce qui est dit est correctement rapporté, eh bien... il m'a déjà laissée perplexe (Blasphème à Vienne et faux pas du cardinal http://benoit-et-moi.fr/2008-II/... )
    -----------
    Articles en italien sur le site de Paolo Rodari (dont on ne dira jamais assez à quel point il est fiable et bien informé).
    Ma traduction:
    Le dossier Williamson
    http://www.paolorodari.com/...il-dossier-segreto-...

    On l'appelle le « dossier Richard Williamson » et il tourne depuis quelques jours dans les "sacri palazzi" du Vatican. Quelques pages fournies, qui veulent expliquer dans les moindres détails comment il a pu arriver que la nouvelle de la révocation de l'excommunication des quatre évêques lefebvristes signée par la Congrégation des évêques le 21 janvier dernier et rendue publique le 24, se soit transformée en un boomerang pour le Pape Benoît XVI à cause des déclarations négationnistes sur l'Holocauste prononcées par un des quatre prélats, précisément Williamson.
    Le dossier, qui fait en ce moment le tour des hautes sphères de la curie romaine et que Il Riformista a réussi à se procurer, rapporte des dates et des faits et en arrive à supposer que, derrière le choix de la TV publique suédoise SVT de diffuser le 21 janvier une interview du prélat britannique qui a suscité tant de réactions négatives, il y avait une mise en scène occulte visant à discréditer Benoît XVI. Une mise en scène qui a oeuvré hors des murs du Vatican, grâce aussi à l'aide de quelques uns de l'intérieur, mécontents des ouvertures du Pontife vers les schismatiques traditionalistes.
    En résumé, le dossier tente d'expliquer comment il a pu arriver qu'un acte de « paternelle miséricorde » - ainsi qu'une note de la Salle de presse du Vatican a présenté le 24 janvier le décret de révocation de l'excommunication voulu par Ratzinger et signé par le cardinal Giovanni Battista Re - et qui ne signifie absolument pas la réintégration des lefebvristes à la pleine communion avec Rome, mais plutôt un incipit pour d'éventuels progrès dans ce domaine - ait pu être interprété de toutes parts comme une décision par laquelle le Pape réadmettait dans l'Église catholique un groupe de fidèles antisémites et de négationnistes de la Shoah.

    Le dossier parle de dates. Avant tout celle du 1er novembre. Ce jour-là, en effet, le journaliste Ali Fegan de la télévision suédoise, interviewa Williamson. Il lui demanda des éclaircissements concernant plusieurs déclarations négationnistes sur la Shoah, qu'il avait faites des années auparavant au Canada. Et le prélat répondit, comme tout le monde le sait, que « Les chambres à gaz n'ont jamais existé » et que les juifs tués ne furent pas plus de 300.000. Paroles déplorables - le dossier ne le cache pas - mais là n'est pas le problème.
    Ce que le dossier veut montrer, c’est que télévision suédoise, influencée par un "souffleur", a voulu arracher à Williamson les déclarations que nous connaissons sur la Shoah de façon à les employer au moment opportun c'est-à-dire trois jours avant la sortie de la nouvelle de la révocation de l'excommunication, rendue publique le 21 janvier, le jour même où le décret de révocation parvenait à Econe sur le bureau du supérieur général de la Fraternité Saint Pie X (FSPX) Mgr Bernard Fellay.

    La dossier suppose que la personne qui a suggéré à Fegan d'interroger Williamson sur l'Holocauste (en lui rappelant que le prélat en avait déjà parlé des années avant au Canada) est une journaliste française, Fiammetta Venner.
    Qui est-elle ? C'est une activiste connue du mouvement homosexuel français, et aussi de celui favorable à l'avortement et à la laïcité. C'est une intervenante habituée des rencontres sur la laïcité du Grand Orient de France.
    La Venner, qui en septembre dernier, en concomitance avec le voyage du Pape en France avait envoyé à la presse un volume cosigné avec sa compagne Caroline Fourest et significativement intitulé « Les Nouveaux Soldats du pape. Légion du Christ, Opus Dei, traditionalistes », est intervenue dans le long documentaire consacré aux lefebvristes à la télé suédoise, à l'intérieur duquel a été également diffusée l'interviewe de Williamson.
    Là, la journaliste - au-delà du Tibre les auteurs du dossier jurent que la chose n'est pas fortuite - a accusé la FSPX de connexions avec les milieux politiques de l'extrême droite française, ouvrant ainsi la voie aux accusations consécutives de fascisme et d'antisémitisme.
    Donc, selon le dossier du Vatican, nous avons une interviewe enregistrée le 2 novembre, dans laquelle une partie, sur suggestion d'une journaliste française peu en accord avec le monde traditionaliste de son pays (surtout avec le monde lefebvriste), et consacrée aux thèses négationnistes sur l'Holocauste. Et ensuite nous avons un trou d'environ deux mois et demi. Autrement dit, nous avons la décision de la télé suédoise (peut-être soufflée par quelqu'un dans les murs du Vatican) qui attend jusqu'au 21 janvier pour diffuser une interviewe enregistrée le 2 novembre, c'est-à-dire jusqu'au jour exact où le cardinal Re signe le décret de révocation de l'excommunication aux quatre lefebvristes.
    Simple coïncidence ? Peut-être, mais peut-être pas : donc, selon ce que suppose le dossier, ce serait en France, c'est-à-dire dans le pays où le « cancer » lefebvriste s'est le plus développé, ouvrant des blessures dans la société et dans l'Église pas encore cicatrisées aujourd'hui, qu'est née la volonté de discréditer Benoît XVI au moment où il prenait une des décisions les plus explosives de son pontificat. Une volonté de discréditer le Pape et, donc, de bloquer le processus déjà difficile de rapprochement avec les lefebvristes à l'Église.
    Ces derniers jours, le journal allemand Der Spiegel a été jusqu'à supposer que les responsables des communautés juives les plus importantes du monde, et parmi celles-ci le « Conseil Central des juifs en Allemagne », « avaient été informés » auparavant des déclarations négationnistes de l'évêque mais ils n'avaient pas voulu manifester leur contrariété, afin d'intervenir contre le Pape seulement après, une fois le décret annoncé.
    Le dossier du Vatican ne considère pas que l'argument de Der Spiegel est fondé ( ??), et il ne le cite pas, mais il met en lumière les aspects controversés d'un événement qui aujourd'hui, une semaine et demi après la signature de la révocation de l'excommunication, est encore loin d'être résolu.

    Attaques du front allemand
    http://www.paolorodari.com/...attacco-al-papa...

    Le Pape attaqué par le front allemand : Angela Merkel et le cardinal Karl Lehmann exigent les excuses sur le cas Williamson
    ----------------
    Deux attaques aussi dures, le Pape Benoît XVI n'en avait pas encore reçues. Deux attaques arrivés hier de« son » Allemagne : la première ecclésiale, la seconde politique.
    L'objet des attaques, comme c'est logique en ce moment, est l'« affaire lefebvriste » et, en particulier, le cas Richard Williamson, un des quatre prélats de la Fraternité Saint Pie X auxquels le Pontife, le 21 janvier dernier, avait révoqué l'excommunication dont les avait sanctionné en 1988 la Congrégation des évêques.
    Williamson a été durement critiqué ces jours derniers pour avoir soutenu pendant une interview à une télé suédoise, des thèses négationnistes sur l'Holocauste.
    Les deux attaques ont été explosives.
    La première est venue du très puissant cardinal et évêque de Mayence, Karl Lehmann, ex président de la conférence épiscopale allemande. La seconde directement du chancelier allemand Angela Merkel.

    Parmi les deux, sans aucun doute, au Vatican, celle qui fait le plus mal est celle du cardinal Lehmann: que Karl Lehmann ne soit pas un "porporato" aligné sur le Pape Ratzinger, on le savait depuis longtemps. Que Lehmann, dans l'épiscopat allemand, soit le chef de file d'une ligne ecclésiale qui, au primat pétrinien, préférerait une conduite de l'Église plus collégiale et « venant d'en bas », est tout aussi connu. Mais que celui-ci en arrive à demander à Ratzinger de s'excuser publiquement pour avoir levé l'excommunication à Williamson est une chose qu'au Saint-Siège, on considère comme inacceptable.
    Et peu admettent les motivations de ceux qui soutiennent qu'on peut comprendre Lehmann: pour ces derniers, les attaques de ces jours derniers de la part de divers représentants des communautés juives, contre l'Église, contre Lehmann lui-même auraient été trop fortes pour ne pas provoquer une prise de position immédiate de la hiérarchie catholique. Au Vatican, on ne voit pas les choses ainsi : et en ce sens, les accusations adressées à Ratzinger il y a trois jours par un porporato qui, par rapport à Lehmann, est plus proche du Pontife, le cardinal archevêque de Vienne Christoph Schönborn, n'ont pas plu davantage.

    Mais revenons à Lehmann. Le jour où ses collègues italiens - de la CEI - exprimaient leur plein appui au Pape concernant le choix de révoquer l'excommunication des lefebvristes, celui-ci, sur la radio publique « Suedwestrundfunk » disait qu’à présent, des excuses « à haut niveau » étaient nécessaires. Parce que la décision de Benoît XVI de réadmettre Williamson au sein de l'Église est « une catastrophe pour les survivants de l'Holocauste ». Et il a ajouté que le Pape « doit » rendre clair que la négation de l'Holocauste n'est pas une transgression pardonnable. Lehmann a aussi attaqué le responsable de la Commission Ecclesia Dei, le cardinal Darío Castrillon Hoyos qui a toujours soutenu ne pas avoir eu connaissance des affirmations négationnistes de Williamson. En résumé, Lehmann a demandé la démission de Castrillon Hoyos, expliquant que, compte tenu du fait qu'il avait agi par ignorance ou par négligence, le Vatican devait « tirer les conséquences vis-à-vis de celui qui est responsable ».

    Peu d'heures après le "coup de poing" de Lehmann, voilà celui du Merkel. Le chancelier allemand a critiqué directement le Vatican et même le Pape, toutefois avec des accents moins violents que ceux de Lehmann. La Merkel a en effet dit hier, lors d'une rencontre avec plusieurs journalistes, que les « mises au point du Vatican » sur la révocation de l'excommunication à Williamson sont « insuffisantes ». Et encore : « Si une décision du Vatican fait émerger l'impression que l'Holocauste peut être nié, celle-ci doit être éclaircie. De la part du Vatican et du Pape, il doit être affirmé très clairement qu'il ne peut y avoir aucune négation » sur ce sujet.
    Pour la Merkel, la décision sur Williamson « ne doit pas rester sans conséquences », parce que « ce n'est pas seulement une question qui concerne les communautés chrétiennes, catholiques et juives en Allemagne, mais le Pape et le Vatican devraient éclaircir sans ambiguïté qu'il ne peut y avoir aucune négation et qu'il doit toujours y avoir des relations positives avec la communauté juive dans son ensemble ».

    Deux jours avant, une autre accusation très grave venant du front allemand était parvenue au Vatican.
    Mais la chose singulière est qu'elle venait de l'« Allemagne de la curie ». C'est-à-dire un porporato allemand qui travaille au Vatican, le cardinal Walter Kasper, président de la commission Pontificale pour les rapports avec le judaïsme : celui-ci avait dit que sur la révocation de l'excommunication « il y a eu des erreurs de gestion de la curie ». Paroles très dures celles-la aussi, auxquelles au-delà du Tibre, certains considèrent que l'instant est arrivé de répliquer avec force. Et, hier soir, le porte-parole du Vatican, le père Lombardi a légitimement répliqué. En se référant à la Merkel il a dit que « la condamnation de déclarations négationnistes de la part du Pape ne pouvait pas être plus claire et dans le contexte, il était évident qu'elle se référait aussi aux positions de Williamson et à toutes les positions analogues ».

    (C) benoit-et-moi.fr 2008 - Tous droits réservés

    __________________________________
    ... et maintenant réfléchissez un peu avant de parler et d'écrire tout et n'importe quoi ...
    ___________________________________

    RépondreSupprimer
  16. La théorie du complot maintenant ! On a vraiment toute la panoplie des manies de certains traditionalistes ! C'est bien plutot Mgr Williamson qui aurait du réfléchir "un peu avant de parler" : sans ses propos négationnistes il n'y aurait pas eu de lynchage médiatique contre le Pape et la la Fraternité Saint Pie X ! C'est sa malhonnêteté intellectuelle (comment peut-on affirmer que l'on a fait des recherches sérieuses dans les années 80 sur l'extermination des Juifs quand on n'a pas lu un livre, celui de Pressac qui réfute les mensonges négationnistes, datant de...1989 !) qui a permis les réactions virulentes de plusieurs lobbys... Maintenant c'est à nous fidèles de réagir et de continuer à écrire notre indignation, notre honte par rapport aux propos de Mgr Williamson...

    RépondreSupprimer
  17. Concernant le post qui précède :
    mais tout ceci est terminé, le St Père s'est entretenu avec Angela Merkel tout récemment, ils ont bien affirmé leurs positions communes, le haro sur le Pape est bien retombé depuis ses déclarations et depuis la parution de sa note via la Secrétairerie d'Etat.
    Le calme revient, GARDONS NOUS DE VEHICULER DES THESES COMPLOTISTES (apanage des fondamentalistes de toutes sortes), elles ne font que traduire une obsession nombriliste des mouvements qui les véhiculent, leur servant à justifier leurs propres défaillances et manque élémentaire de crédibilité. Ces gens-là ne comprennent point le gouffre entre leur ego démesuré (eg prétention de posséder la Vérité; quelle qu'elle soit, la leur) et le peu d'intérêt que leur est accordé par les hommes de bonne volonté, seule une thèse de complot leur permet d'avaler la perception générale du peu de signification de leurs idées (souvent en effet frôlant l'absurde)

    RépondreSupprimer
  18. A Saint Nicolas nous sommes loin de partager tous à l'unanimité les idées lefebvristes, au moins un quart des paroissiens voire plus n'y va que pour la messe car elle est bien célébrée, l'église facile d'accès, les sermons intéressants quand parlent strictement du message de l'Evangile et non pas de la politique, bref il n'y a pas de fermeture d'esprit chez tous les tradis. Ce quart ou plus des fidèles est bien catholique romain, acceptant l'ensemble des Pontifs et l'ensemble du Magistère de l'Eglise, assistant sans problème à la messe Paul VI en vacances ou à l'étranger. Bref, une bonne fournée des paroissiens, peut-être plus discrets que les autres, tout prêts à suivre potentiellement Mgr Fellay dans sa voie de retour vers le Pape et Rome. A la FSSPX il y a de bons éléments et tous ne sont pas tombés dans le piège de l'integrisme ni de l'extrême-droite.

    RépondreSupprimer
  19. Monsieur l'Abbé,
    Avec tout le respect que je vous dois, n'êtes-vous pas en train d'ajouter vous-même de l'huile sur le feu...?
    Guillaume (un de vos anciens étudiants, déçu par vos propos)

    RépondreSupprimer
  20. J'ai pas mal surfé sur les journaux en lignes ces temps-ci. J'ai vu pas mal d'articles sur Mgr Williamson. Articles illustrés par des images issues de la vidéo de son entretien à la télé suédoise. J'ai été frappé par la modification de ces images au fil des jours. Alors j'ai fait un petit montage de trois d'entre elles. Le résultat, vous le voyez à droite du texte de l'abbé. L'image du haut est celle qui a circulé les deux premiers jours - image net d'un Mgr Williamson se ressemblant. La seconde est apparue les jours suivants. L'oeil est noir, les coins de la bouche tombent, l'image est plus contrastée - plus... brutale. En bas, la troisième image, celle qu'on voit ces jours-ci. L'image a été assombrie, le contraste encore augmenté, les yeux se perdent dans deux trous d'ombre, la bouche est devenue un rictus. Le procédé est simple: on parle d'un homme réputé monstrueux, on montre sa photo. On aimerait montrer la photo d'un Williamson monstrueux. Comme ce n'est pas le cas on montre à la place la photo monstrueuse du Williamson. Ne pas s'y tromper: ce sont les propos de Mgr Williamson que l'on peut lui reprocher, et non la tête qu'on lui fabrique avec un logiciel de retouche d'images.

    RépondreSupprimer
  21. Effectivement! Mgr avait des faux airs de Lee Marvin. En quelques jours et guère plus de clics, ça devient Peter Lorre M le maudit.

    RépondreSupprimer
  22. Là où cette affaire devient truculente M. l'abbé et finalement informative, c'est que Mgr Williamson a été accueilli à Londres par Lady Renouf, australienne d'origine, ex reine de beauté et ex actrice, ex épouse d'un comte russe dont elle divorça...qui finit par se remarier à un riche banquier londonien sir Renouf (qui se sépara d'elle lorqu'il découvrit qu'elle n'était pas une authentique aristocrate russe).source : le Telegraph de ce dimanche. Cette madame Renouf étant une afficionado des conférences révisionnistes (notamment celle de Téhéran) et une grande admiratrice du Coran...
    Quid des considérations légendaires de Mgr W.sur les femmes ?!!
    BP

    RépondreSupprimer
  23. je viens de lire:

    pie xii face aux nazis
    Charles Klein
    Éditions S. O. S. 1975

    le livre est une longue accusation contre Hitler - avec quelques boutades contre de Gaulle sur l'épuration - et a été préfacé par l'abbé Rodhain, fondateur de Secours Catholique

    Je VOUS propose de lire ce livre.
    Notemment les pages 213 et 214.

    RépondreSupprimer
  24. Monsieur l'Abbé, j'aurais plusieurs questions à vous poser, sans animosité mais avec énergie :

    Avez-vous lu les critiques formulées par les révisionnistes de l'ouvrage de Raul Hilberg ? Avez-vous lu la critique faite par les révisionnistes de Pressac ? Saviez-vous que les historiens révisionnistes ont choisi de foutre leur vie en l'air, de courir le risque d'être jeté en prison (12 ans dernièrement pour H. Mahler), d'être passé à tabac (Faurisson sauvé in extremis par un passant qui a déclaré par la suite qu'il aurait préféré le laisser crever!) juste pour le plaisir de défendre leurs thèses. Des salauds prêts à risquer leur vie pour un mensonge, vous en avez rencontré beaucoup au confessionnal Monsieur l'Abbé ? Comprenez-vous réellement les enjeux historico-religieux de l'holocauste ? Pensez-vous qu'il soit judicieux de critiquer Monseigneur Williamson pour son jugement historique illégitime en adoptant exactement la même posture ?

    Je passerai sur l'anecdote du chauffeur de taxi musulman indigne d'un esprit aiguisé tel que vous.

    Enfin, si scandale il y a eu, c'est aux yeux du monde, pour le jugement de Dieu, je Le laisserai seul juge. Pour ma part je suis impatient de Le rencontrer pour connaître les motifs qui ont poussé tant de prêtres de Tradition à crier avec les loups. J'espère que le jeu en valait la chandelle.

    Un croyant déçu.

    PS: Ce simple message suffit à me jeter en prison si je suis identifié.

    RépondreSupprimer