mardi 10 février 2009

Qui est cet être dont les mains retiennent notre chute? - H. P.

H. P. nous envoie ceci:

Suite à ma conférence sur Graham Greene et le rôle du prêtre je vous envoie ce poème de Rilke que j'ai trouvé dans le roman "le fond du problème" poème traduit en anglais et en français, (je n'ai pas trouvé l'original allemand) qui me rappelle le débat sur l’enfer que nos avons eu :

Juste avant de décider de sa mort, Scobie, le héros du fond du problème, écoute le poème tiré de Rilke que lit sa femme:
"Tout est chute en nous ; Cette main même tombe
Et le mal incurable de la chute nous a tous frappé
Mais il est un être dont les douces mains
Retiennent cette chute universelle"
Qui est cet être dont les mains retiennent notre chute, qui est invoqué, sinon la Vierge Marie et j’avoue qu’à la lecture de ce poème je comprends d’une autre manière les paroles de la Vierge aux enfants sur les âmes qui tombent en enfer, citées par l’abbé Pagès. Il ne s’agit pas d’éviter l’enfer pour nous, en restant bien au chaud ou derrière la vitre, mais de retenir avec elle ces âmes. Donc cet avertissement peut être interprété aussi comme une désolation et un appel de Vierge pour l’aider dans cette tâche, si je comprends ainsi ce poème de Rilke qui ne se revendiquait pas comme chrétien, à ma connaissance.

Cordialement - H. P.
Print Friendly and PDF

2 commentaires:

  1. voici le poème en VO (enfin, je crois) :

    titre : "Herbst"

    Die Blätter fallen, fallen wie von weit,
    als welkten in den Himmeln ferne Gärten;
    sie fallen mit verneinender Gebärde.

    Und in den Nächten fällt die schwere Erde
    aus allen Sternen in die Einsamkeit.

    Wir alle fallen. Diese Hand da fällt.
    Und sieh dir andre an: es ist in allen.

    Und doch ist Einer, welcher dieses Fallen
    unendlich sanft in seinen Händen hält.

    (Rilke)

    RépondreSupprimer
  2. merci à anonyme d'avoir posté l'orignal du poème de Rilke que je n'avais pas trouvé.
    H.P.

    RépondreSupprimer