mercredi 25 avril 2012

Réflexions sur le moindre mal en politique

J'avoue que je me suis pris au jeu de la conférence de ce soir. Ce moindre mal... Saint Thomas en parle deux fois (pour le recommander), mais en termes extrêmement précis, comme un vrai moraliste. il est toujours interdit de choisir le mal - même moindre. Mais poser un acte bon (le vote) d'où sortira la situation la moins mauvaise possible, non seulement c'est moralement correct, mais c'est un devoir moral ! Dans le De regno, saint Thomas me semble assez près du cas que nous avons à traiter. Il se demande s'il vaut mieux choisir... non pas Sarkozy ou Hollande, mais la monarchie ou la démocratie. Bref il s'agit de poser un choix politique, comme chacun des électeurs français aura à le faire le 6 mai.

Lequel ? Celui qui rationnellement sera le moins lourd.

Je vous cite en latin la formule de saint Thomas dans le De regno, elle est irréprochable : "Cum autem inter duos ex quorum utroque periculum imminet, illud potissime eligendum est ex quo sequitur minus malum" (chap. 6 Marietti n. 764). Chaque mot est à peser. Voici ma traduction : "Entre deux possibilités qui comportent, chacune, leur danger, il vaut mieux choisir celle de laquelle va s'ensuivre un moindre mal". Saint Thomas parle du choix entre différentes constitutions, monarchique ou démocratique. Aucune de ces constitutions n'est mauvaise en soi. De même : le vote en lui-même n'est pas un mal. Chacun des deux candidats représente un certain nombre de périls. Il importe de choisir celui qui est le moins dangereux. C'est du bon sens. Uniquement du bon sens. Qui a dit que voter, c'était comme prendre la pilule ? Voter est un bien. Aucun des deux candidats n'est irréprochable. Ma concierge vous dira donc qu'il faut prendre le "moins pire".

Ma concierge... Mais le "moindre pire" dont on entend parler ici et là me semble une expression très maladroite. Ou c'est le pire (et le pire n'est pas "moindre" ou... pire, il est pire) ou c'est simplement mauvais, et le mauvais est toujours moindre que le pire... Parlons donc de moindre mal et pas de moindre pire ! "Ce qui se conçoit bien...".

Rationnellement, alors que la morale n'est pas directement en jeu dans l'acte posé - à savoir un vote - il suffit de calculer ce qu'apportent et ce que retirent les deux propositions de vote. Pas besoin d'être grand clerc.

37 commentaires:

  1. Votez dur, votez mou, mais votez dans le trou!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. E*ection, piège à c** ??

      Supprimer
  2. En tout cas, Monsieur l'abbé G2T, et quoique votre thèse soit fort contestable, vous l'exposez avec la hauteur de vue et le brio dont vous êtes coutumier. Je trouve personnellement que vous faîtes beaucoup d'honneur à Nicolas, qui peut être fier de recevoir votre soutien: même par défaut. Il est d'une extrême qualité à son endroît.

    Je respecte infiniment votre point de vue, même si je ne suis pas convaincu du tout, ce qui m'enchante aussi pour la raison secondaire que je me vois enfin d'un autre avis que vous (heureusement sur un point de détail!).

    C'est vrai, ça finit par être louche, d'être toujours à fond d'accord avec tout ce que vous écrivez (et dîtes, sur RC), déjà par principe: ça m'inquiète quelquefois, sur ma capacité d'être critique. Heureusemnt qu'il y a aussi Benoîte, sur le Métablog, avec laquelle je ne suis d'accord sur presque rien, même si je trouve délicieuse son "alacrité"...

    Monsieur de Villepin avait inventé le TSS - "Tout Sauf Sarkozy" - je note précieusement que vous vous rangez parmi les partisans du TSH....et je crains fort, cher Père, que le résultat ne soit pas conforme à vos attentes, ce qui me causera certainement une petite ombre au tableau, en pensant à vous, le soir du Dimanche 6 Mai...

    RépondreSupprimer
  3. Ma foi, mon Père, évoquer Saint Thomas est dans votre rôle. D'une façon quelque peu iconoclaste, j'aurais plutôt tendance à invoquer le père UBU...Car il y a des choix évidents. C'est le moment ou jamais de se souvenir de cette digression sur le sexe des anges en cette bonne ville de Byzance, une certaine année 1453. Mais comme dirait ma concierge (décidément très sollicitée) :"Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué!"

    willy

    RépondreSupprimer
  4. J'espère que vous avez su convaincre vos auditeurs, monsieur l'abbé, car ce que révèle le premier Anonyme, c'est que beaucoup ici préfèrent eux-mêmes aller dans le trou, guidés par un vertige mortel et irresponsable, que de tenter de sauver la France, ses familles, ses enfants, le travail et la PAIX, par le seul moyen raisonnable et encore possible : dire durablement et mémorablement NON au socialisme libertaire de 68, responsable de presque tous nos maux, tout en travaillant encore plus fort par la suite à droitiser la Droite cafouilleuse, ce qui ne sera PLUS POSSIBLE avec un gouvernement de gauche violent et totalitaire qui nous aura pris tous nos moyens et vidés de toute identité.

    RépondreSupprimer
  5. "la morale n'est pas directement en jeu dans l'acte posé - à savoir un vote".
    Vous avez sans doute entendu le récit de cette consultation démocratique : "Qui choisissez-vous ?" "Barrabas". Entre question et réponse il y eut la 'campagne'. C'est là que le bât blesse : depuis plus de deux siècles que l'on vote sous pression démocratique, on devrait avoir pris consciences que l'on vote en aveugle, ce qui n'est pas un comportement très morale.

    RépondreSupprimer
  6. En l'occurrence, il n'y a pas de moindre mal. la seule différence entre Sarkozy et et Hollande, c'est que le premier nous MENT et ce avec un culot époustouflant. Toutes ces sympathiques promesses sur Schengen, la réduction de l'immigration par deux,le "patriotisme économique" (il n'a décidément honte de rien tant la manœuvre est grossière!) j'en passe et des meilleurs, pourquoi ne l'a-t-il pas mis en œuvre pendant ces 5 longues années au pouvoir? Il avait tout les leviers en mains pourtant que je sache, notre "super-président"! Au moins Hollande a le mérite d'annoncer tout de suite la couleur! Sarkozy lui a un bilan, et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il contraste singulièrement avec ce qui nous avait été promis. Il est beau le patriotisme à la Sarkozy : retour dans l'OTAN, vente au détail de secteurs stratégiques au QATAR, guerre stupide en Afghanistan et en Libye. Et le karcher?, la morale? : retrait de la double peine, donc obligation de se coltiner les délinquants étrangers, plus d'immigration que sous Jospin, le gender enseigné en cours de biologie (la gauche en a rêvé, la droite l'a fait!), sans parler du mariage gay qui était dans les cartons mais que ses conseillers lui ont habilement suggéré de garder pour plus tard pour cause d'élections présidentielles imminentes (http://www.rue89.com/sites/news/files/assets/image/2012/01/liberation13012012.jpg). A ce propos, je lance les paris : Sarkozy élu autorisera le mariage gay avant la fin de son mandat! ne sous-estimez pas le poids du lobby gay à droite, sans quoi vous n'êtes pas au bout de vos surprises.
    Pour moi décidément, ce sera abstention. hors de question de signer un chèque en blanc à cet escroc qui a trompé les français et trainé notre souveraineté nationale dans la boue. Et pour enfoncer le clou, j'irai même jusqu'à dire que si moindre mal il devait y avoir, je souhaiterais la victoire de Hollande, ne serait-ce que pour l'UMP prenne toute la mesure des conséquences de son cynisme.

    RépondreSupprimer
  7. Monsieur l'abbé,
    Quel est le moindre mal? Quel est le "moins mauvais" des candidats? Celui qui dit ce qu'il va faire ou celui qui fera exactement la même chose mais le cache et ment?
    Vous dites qu'il faut voter. Nous proposez vous d'aller à l'échafaud "en toute conscience" ou en nous leurrant?
    Monsieur l'abbé, que direz vous aux 220 000 enfants qui mourront l'an prochain? "Votre mort était un moindre mal?" Et aux vieillards euthanasiés? "Je ne savais pas, le candidat a menti..."?
    Non, Monsieur l'abbé, notre devoir de laïcs citoyens est ne pas nous salir les mains (j'ai malheureusement trop donné de ce côté là avec M. Ph de V), mais au contraire de les garder propres pour organiser une pression permanente, animer au quotidien les "contre pouvoirs" que sont les associations. Et vous, les prélats citoyens, en particulier l'IBP, poursuivez votre combat pour l'évangélisation. Révangélisez notre Eglise de France, la France! C'est l'effet conjugué de notre pression par le bas et votre pression par le haut qui fera changer les choses. Se rallier au diable le plus souriant des deux ne fera en rien avancer la parole de Notre Seigneur. Je me souviens de vous avoir entendu dire, Monsieur l'abbé, que le diable était d'autant plus dangereux qu'il était avenant...
    Votons "Ni l'un ni l'autre!"

    RépondreSupprimer
  8. il ne s'agit pas de la politique du moindre mal. les 2 maux sont identiques car, comme vous refusez de le reconnaitre, les 2 candidats ont des politiques anti-chrétienne sur tous les plans.Vous allez donner votre voix à un candidat qui ne soutient ni la vie ni la famille ni la liberté éducative, c'est votre liberté, mais un prêtre qui préconise ce genre de vote me stupéfie. Vous serez complice de fait par votre vote des mauvaises lois à venir et cela est consternant car votre responsabilité sera double: responsable pour vous-même et responsable pour les personnes que vous aurez entrainées dans cette voie.

    RépondreSupprimer
  9. Voter n’est qu’un devoir, notre devoir d’état mais, dire que c’est un acte « bon » je ne vois pas le rapport !
    Justement, si je n’arrive pas à voter, c’est bien parce que aujourd’hui, la démocratie est un leurre. Les électeurs conditionnés par les informations qu’on veut bien leur donner, se croient être libres : Reflex pavlovien ! Comment sinon comprendre que la majorité d’un pays puisse croire à des mensonges ? C’est inimaginable de bêtise !
    "Rationnellement le moins lourd". A court terme? ou à long terme? Tout est là. La faillite du pays arrive . La veut-on pour demain ou pour après demain? Le choix est surréaliste!
    Par contre, je trouve que chez les jeunes, la conscience de la situation est plus aigüe. Sans doute parce qu’ils n’ont pas vécu la bataille socialisme/ capital qui bouche les yeux des plus anciens !
    Maintenant, il s’agit de voir plus loin. Mais on n’en parlera après le 06.05 !
    Benoîte

    RépondreSupprimer
  10. Malgré tout le respect et l'admiration que j'ai pour M. l'abbé de Tanouärn, je poste ici mes réflexions que j'espère pas trop longues.

    La politique est l'art du possible, et elle entraîne forcément des compromis. Tout le monde est d'accord là dessus.
    Mais si en soi « voter n'est pas un mal », comment M. l'abbé qualifie-il « voter pour un avorteur » ?.. Tout le problème est là.

    Le moindre mal, au nom du bien commun était un argument du premier tour.

    Quand on se retrouve entre le choix « voter pour un collaborateur du génocide » ou bien un autre collaborateur du plus grand génocide qu’ai connu l'humanité, nous nous retrouvons devant l'objection de conscience. Ce n'est pas pour un quelconque calcul politique, ou au nom de consignes de vote données le 1er mai que j'irais voter blanc (comme hélas depuis presque tous les seconds tours depuis l'âge de ma majorité), mais c'est en fonction de ce point non négociable.

    Il est d'ailleurs frappant de remarquer que tous ceux qui semblent avoir découvert depuis peu qu'il existe des principes en-deça duquel nous ne négocions plus nos voix... ne parlent plus au deuxième tour que d'intéret supérieur de la nation !

    Je ne sais pas si les allemands ont connu un deuxième tour en 1933, mais on ne m'obligera jamais à donner ma voix a avorteur, sous prétexte qu'il se présente en rempart au communisme.

    Ceux qui agitent le spectre d'Hollande en 2012 comme fin du monde impressionnent l'émotion, mais pas ma raison d'homme. Je comprends que certains catholiques effrayés vont encore faire le jeu de la droite courbe,et je ne leur en veut pas. Mais j'espère qu'un jour ils écouteront enfin la voix de la conscience avant le jeu du suffrage universel...
    dont je ne suis qu'un pratiquant non croyant;-)

    RépondreSupprimer
  11. merci pour cette clarification théorique. mais l'exemple qui est donné - le choix entre la démocratie ou la monarchie - est un problème intellectuel.

    il me semble qu'il y a une difficulté dans l'application pratique au problème du vote. l'appréciation du "moindre mal" n'est pas aussi tranchée : si les programmes étaient clairs, et si l'engagement des candidats était sûrs, on pourrait évaluer et pondérer les dommages. mais ce n'est pas le cas. on doit évaluer dans le flou, une idéologie plutôt qu'un programme, l'opportunisme plutôt que la volonté, etc.

    RépondreSupprimer
  12. "votez mou" : vous voulez dire pour le capitaine de pédalo ? exemple de "mollesse" : http://www.dailymotion.com/video/xlwpkn_francois-hollande-bafouille-dans-ce-soir-ou-jamais_news

    ça promet !

    RépondreSupprimer
  13. Derrière son opération "enfumage à tous les étages" (cf. meeting à Longjumeau) Nicolas sarkozy continue de nous manipuler. Car s'il se met en quatre pour faire les yeux doux à l'électorat FN, multipliant les déclarations tonitruantes sur l'immigration et la défense de la patrie il n'en demeure pas moins que :
    "Nicolas Sarkozy a affirmé aujourd'hui sur France Info qu'il n'y aurait "pas d'accord" avec le Front national et "pas de ministres" FN dans son futur gouvernement s'il était élu.
    Il n'y aura "pas d'accord avec le Front national, pas de ministres" FN," (http://elections.lefigaro.fr/flash-presidentielle/2012/04/25/97006-20120425FILWWW00299-sarkozy-pas-d-accord-avec-le-fn.php)
    Déclaration à recouper avec celle-ci : "Mais "je ne gouvernerai pas qu'avec mes seuls amis, mon seul parti politique", a-t-il précisé." (http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/04/20/97001-20120420FILWWW00300-sarkozy-rejette-une-ouverture-au-fn.php)
    traduction : Sarkozy refuse de gouverner avec des membres du FN (alors qu'il laisse croire dans ses discours qu'il serait à 95% sur la même ligne) mais prévoit bel et bien en revanche d'inclure quelques ministres socialistes dans son futur gouvernement. Autrement dit, quand bien même vous voteriez contre le PS en mai, et bien vous les aurez quand même avec Sarkozy, c'est clair il, s'en cache même pas!

    RépondreSupprimer
  14. Pour un Catholique, le choix n'est pas compliqué : nous avons d'un côté un mauvais, plus doué pour les caméras que pour l'efficacité, et de l'autre côté un PIRE en lettres capitales, parce que pour un Catholique, inscire noir sur blanc sur son programme des prises de posistions anti-Catholiques, c'est vraiment le pire...

    Le pire pour un Catholique, c'est de voir que dans 700 mosquées, des imams appellent à voter pour un seul candidat.

    Ce serait bien la 1ère fois dans les annales que des militants FN se retrouveraient à voter comme les gens qu'ils veulent "bouter hors de France" : Hollande réussirait-il à faire naître un slogan nouveau,
    "FN et mosquées, même combat" ???

    A lire les observations de plusieurs personnes ci-dessus, je ne peux pas croire qu'elles émanent de Catholiques et encore moins de militants du FN...

    Le moindre mal, c'est celui qui ne se déclare pas anti-Catholique dans son programme ;
    le PIRE est celui qui se déclare profondément anti-Catholique (mariage homosexuel, adoption par des couples homosexuels, euthanasie, etc).

    RépondreSupprimer
  15. Nous sommes tous d'accord que le moindre mal revient à cautionner le mal. Cependant après m'être abstenu de vote pendant 20 ans, j'ai été convaincu par un abbé que le principe du moindre mal était à appliquer dans la perspective du temps. En effet, en gagnant du temps on laisse aux ames un lapse de temps plus grand pour se tourner vers l'éternel.
    Ainsi si l'on nous propose le choix d'une balle dans la tête ou une injection qui nous fera mourrir dans 5 ans, nous avons le devoir de choisir cette deuxième solution.
    Donc entre la culture de mort immédiate, et la culture de mort programée mais non encore avouée, Je choisirais le 6 mai pour ganer du temps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mal, Anonyme de 04h58 ! je crois qu'il n'y a plus rien à dire.
      Car vous avez bien raison.
      Qui peut dire de quoi demain sera fait ? gagnons du temps en effet.
      Dieu laisse bien croître l'ivraie en même temps que le bon grain ! Dieu laisse vaciller tant bien que mal la minuscule flammèche, l'épargnant au lieu de la souffler.
      Vous avez ( ou plutôt votre abbé que je soupçonne d' être -pour le Bien- de la Fraternité Saint-Pierre ) introduit ici une toute nouvelle musique, une brise légère, comme un rappel discret de la finesse pédagogique du Paraclet : le temps de Dieu qui se met au pas du temps de l'Homme. Cela s'appelle Miséricorde. Cela s'appelle choisir la Vie quand elle est encore là, cela s'appelle travailler pour la Paix. Cela s'appelle veiller, sauver, soigner, réparer, panser, espérer.
      Et aussi voter pour repousser l'immédiateté de la brutalité, de la violence, de la destruction du Christianisme.
      Merci pour nos enfants, Anonyme et abbé anonyme, c'est pour eux que j'irai voter le 6 mai, moi aussi, contre la culture de mort immédiate.

      Supprimer
    2. Merci de votre soutien et efforcons nous de faire passer ce mesage d'ici le 6 mai. (Pour votre info, cet abbé est de la FSSPX).

      Supprimer
    3. Pour info encore, cet abbé n'est plus de la Fraternité Saint Pie X, qu'il a quittée en même temps que M. l'abbé LAGUERIE.
      Si ce dernier a créé la Fraternité du Bon Pasteur, je ne pense pas que M. l'abbé de TANOUARN y soit affilié semblant lié au Centre Saint-Paul.
      Sinon pour le fond, son analyse, reprise moins philosophiquement que celle plus claire et concise que "l'Anonyme de 04h58", est intéressante, même si je la trouve un peu brouillonne.

      Supprimer
  16. On dirait bien que certains lecteurs de métablog n'ont pas encore réalisé que Nicolas Sarkozy est AUSSI pour le mariage homosexuel, l'adoption par des couples homosexuels, euthanasie etc. A la différence près que pour ne pas froisser son électorat de droite, il ne l'a tout simplement pas mentionné dans son programme.De la même manière qu'il n'avait pas mentionné la dernière fois l'introduction de la théorie gender dans les manuels de biologie ou l'augmentation spectaculaire de l'immigration pour satisfaire ses amis du MEDEF. Malin n'est-ce pas? Et vous allez retomber dans le panneau, les deux pieds dedans même!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sur mais ce sera plus lent et cela nous donne plus de chances de trouver des solutions / de nous sauver / de sauver d'autres ames.

      Supprimer
  17. Qu'est-ce qui vous permet de l'affirmer, Anonyme de 05h42 ?
    trop facile de faire dire à quelqu'un quelque chose qui vous arrangerait !
    Moi, je ne vois rien dans ses discours et dans ses actes qui permette de penser qu'il est pour le mariage homo et l'adoption des enfants par eux, rien non plus qui permette de penser qu'il est pour l'euthanasie.

    RépondreSupprimer
  18. Un début de réponse :

    http://www.liberation.fr/politiques/01012383051-le-mariage-gay-fait-son-chemin-a-l-elysee

    vous allez me dire que c'est une information Libération, mais quand même, il n'y a pas de fumée sans feu.

    RépondreSupprimer
  19. Sur la question de la position de Nicolas Sarkozy sur le mariage homosexuel, je me permet de recommander cet article :

    http://e-dito.fr/index.php?article1/sarkozy-et-le-mariage-homosexuel

    (cet article publie les sources qui permettent de se faire une idée)

    RépondreSupprimer
  20. Depuis ce matin, je médite la préconisation de notre cher abbé G2T...mais je me suis tout à coup posé la question: et votre chère JEANNE, Monsieur l'abbé...elle est aussi du genre "le moîndre mal en politique"????......

    http://www.youtube.com/watch?v=gWljHc80cNA&feature=player_embedded

    (si le lien ne s'ouvre pas direct, tapez "Juana de Arco (The Messenger) -Ameno" dans google

    P.S. pour Benoîte et Sophie: j'espère qu'elles apprécieront plus cet extraît, d'un splendide "Juana de Arco" de Sobieski- dont je m'étonne que nous n'ayons pas encore parlé, dans le Métablog - que la (néanmoins merveilleuse et si poétique...lol) chanson de Laurent Voulzy...Tiens, je vais me la repasser trois quatre fois ce soir, en pensant à vous Mesdames!

    RépondreSupprimer
  21. A L’Ab2T :
    Cher Monsieur l’abbé, je viens de me promener sur le blog en parcourant les 4 derniers mois. Ce qui m’avait tant plu, c’était de lire les billets sur des sujets « spirituels » (ainsi que les commentaires). Quand y reviendrez-vous ? Nous avons besoin de nourrir notre Foi. Nous avons besoin d’entendre parler de l’Esprit. Les analyses politiques, ça se trouve partout. Les commentaires de ces derniers jours montrent que les gens sont bien informés. N’ayons pas peur ! L’Esprit est « à l’œuvre » même si on ne le voit plus. Par contre encore et toujours, nous avons faim et soif de Vérité !
    Faites-nous méditer, inspirez-nous la charité et la prière !
    Benoîte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Benoîte, les gens sont bien informés peut-être, mais regardez le mail suivant et voyez COMMENT on les informe !
      Ne vous étonnez donc pas des post récents de notre bon abbé : pourquoi n'y aurait-il pas une voix d'Eglise pour parler de la vie des hommes même en période électorale ? et des dangers qu'ils courent lors de grandes consultations ?
      L'Esprit est à l'oeuvre mais Il a préféré l'être AVEC notre concours !

      Supprimer
  22. La campagne électorale devient nauséabonde. Je ne suis pas sarkozyste mais je trouve ignoble de comparer Sarko à Pétain ou à Hitler comme l'on fait l'Humanité, Libération et un obscur maire socialo dont personne n'avait jamais entendu parler.
    On se croirait dans un pays en guerre civile.
    Finalement en ma qualité d'électeur écoeuré je resterai chez moi et je me refuse de participer à cette pantalonnade.
    Si les hommespolitiques ne se respectent pas, comment porrait-il respecter leurs électeurs.
    Imaginez qu'en Angleterre quelqu'un ait comparé le Premier Ministre à Hitler, vous voyez d'ici le bruit que cela aurait fait : l'organe de presse en question aurait du se saborder.
    On peut s'affronter durement, mais il y a des limites.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hitler et Sarko ? Petits, faux extravertis, excités, haineux, sans respect que pour soi,...
      Peut-être...
      Sarko et Pétain ? C'est une insulte pour le Maréchal, quand bien même ce dernier n'était pas un saint ! Mais au moins il a sauvé son pays en 14, accepté bien qu'âgé de se battre encore pour lui dans une cause perdue (là aussi avec le moindre mal en principe et en action !), maintenu la France à un niveau économique que la guerre rendait difficile mais qui a permis un redressement rapide à la Libération, et comme il l'avait dit, comme par pressentiment..., il a fait don de sa personne à la France !
      Lui l'a vraiment fait...
      Mais pas Zébulon !

      Supprimer
  23. La politique du moindre mal ? on ne peut faire appel à l'esprit de Jeanne d'Arc et dans une période où la France et L'europe sont à un tournant (il y va de la mort de nos nations et de notre civilisation qui semblent sortir de la grande Histoire) pour en arriver à un choix "troisième république". La politique du moindre mal n'est applicable qu'en période ordinaire, mais là il nous faut réagir. Excusez-moi, Monsieur l'abbé, mais je ne puis vous suivre dans votre choix : pour moi, ce sera un bulletin blanc. Votre choix consiste à se rallier à la philosophie "encore un moment monsieur le bourreau", vous semblez vous rallier à une espèce de répit. Les catholiques nous parlent de points non négociables : ces points sont ceux d'Antigone mais c'est à l'église de gagner la bataille des idées et de la vie, les politiques ne font dans ce domaine que suivre sans courage la "société". Moi, je ne me détermine dans ma décision de voter blanc que sur le plan politique : je ne peux me rallier à la droite libérale de sarkozy ni à la gauche libérale de Hollande. Je rejoins la colère que l'on sent monter des tréfonds du pays : les nations européennes sont assassinées consciemment et méthodiquement, les peuples semblent se révolter enfin !! je ne puis me rallier à un homme qui suivait Madame Merkel et qui s'en vantait. La droite et la gauche sont mortes, alors par pitié pas de réflexe "sauvons notre camp". Il est vrai que la période qui s'ouvre va être terrible, les nations européennes vont renouer avec le tragique, la colère des peuples risque de tourner mal mais de toute façon votre "parapluie" Sarkozy ne nous protégera pas de la tempête qui arrive (il a contribué avec tous les autres à la nourrir), il est troué de toutes parts.
    Cordialement
    Patricia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patricia, j'ai beacoup aimé votre post.
      Mais pas son introduction qui ne va pas avec votre discours... johannique !
      Si ! justement, invoquons Sainte jeanne d'Arc ! demandons lui de sauver la france ! de nous aider dans notre décision.
      Je suis tout à fait en accord avec vous quand vous écrivez :"Les catholiques nous parlent de points non négociables : ces points sont ceux d'Antigone mais c'est à l'église de gagner la bataille des idées et de la vie."
      Mais depuis quand n'avons-nous pas entendus des voix épiscopales s'insurger contre la culture de mort (spirituelle, morale, intellectuelle,...)que nous impose l'ambiance libéralo-socialisante déléthère ? Sauf au moment où CIVITAS menait un combat johannique contre les pièces de théatre obscènes trouvant quelques échos favorables chez 3 à 4 évêques courageux !

      Supprimer
  24. Ci-dessous une chanson que j’ai écrite spécialement pour Thierry. Il reste à trouver la musique. Ce sera le tube pour 2013 !
    L’ambiance :
    Soir d’été, corps bronzés, robes moulantes, voix chaudes et panamas !
    Benoîte

    Non, je ne reverrai plus ma Hollande !
    Plus de tulipes, plus de gouda, ah ah !
    Sous les polders, elle est partie, Oh Bry !
    Sous les millions, elle est enfouie, oh Bry !

    Refrain :
    Ne Mélanchons pas le genres
    Et dansons le chachacha-vez !
    Les blondes, les belles, les moches,
    Toutes Fidel au chachacha-vez !

    Mark Rutte au pays bas, bah !
    Douce France aux pieds plat, bah !
    Déficit public, la dette, la dette, Oh Bry !
    Les poches vides, c’est toi, oh Bry, oh Bry !

    Ne Mélanchons pas les genres,
    Et dansons le chachacha-vez
    Les blondes, les belles, les moches,
    Toutes Fidel au chachavez !

    Je ne reverrai plus ma patrie, bah !
    Plus de rire d’enfants, plus de morve, bah !
    Plus de vieux sans dents, Oh Bry ! Oh Bry !
    Les bobos cool chez Laurent se meurent d’ennui!

    Refrain...

    Ne Mélanchons pas les peines,
    La mienne, la tienne, la nôtre, lalheureuse…
    Non, je ne reverrai plus ma Hollande.
    Douce France, douce Jeanne, Jhésus, Maria !

    Refrain…


    Irakiran,Irakiran, Oh Bah, Oh Bah !
    Quelques flocons qui tombent…Oh Bah !
    T’avais bien raison Antoine !
    Irakiran, Irakiran, Oh Bah, Oh Bah….Maaaa !
    Chachacha !

    RépondreSupprimer
  25. ...Mais! Chère Benoîte! C'est très bon! C'est même excellent ça! Vous avez un talent fou et j'avoue que c'est une première pour moi! Jamais personne ne m'a dédié une chanson, en oûtre composée de votre propre main! Je suis aux anges!

    Par contre, vous n'êtes pas sérieuse, Benoîte! Vous venez de réclamer un peu plus haut, une sur-dose de conseils spirituels, à Monsieur l'abbé, dont il n'est pourtant pas avare! si bien que je me suis presque fait le reproche d'intervenir trop souvent, avec mon esprît un peu fantasque, et venais de prendre la résolution, malgré le plaisir (et l'honneur) d'écrire sur le Métablog, de freîner un peu...et voilà que vous débaroulez avec votre rythme endiablé....

    Il faut comprendre que le Métablog offre précisément des points de vue très originaux, contrairement à ce que vous avez écrit, Benoîte, sur des tas de sujets de société, qui ne sont justementt pas abordés - ailleurs ! - de cette façon. ne m'en voulez pas de cette petite critique mais c'est ce qui fait tout le sel, me semble-t-il, de cette expérience, à la fois spiritualiste et profondément ouverte!

    Je suis infiniment touché, et me permets de vous faite une grosse bise. J'espère que vous avez aimé l'extraît du Juana de Arco, un film qui a l'air fabuleux et dont je n'avais jamais entendu parler. Peut-être aurons nous- un jour prochain, les élections enfin terminées ouf! - le privilège d'avoir une chronique cinéma sur Sobieski (jamais entendu parler non plus!)

    A + et encore mille grazie, chère Benoîte!

    RépondreSupprimer
  26. Thierry, je suis contente que cette chanson vous plaise.
    En ce qui concerne tous les sujets abordés sur Méta., je suis d'accord avec vous, c'est très bien. C'est moi qui "sature" complètement sur le sujet des élections. Je n'y participerai d'ailleurs plus.
    Je suis en train de visionner "Juana de Arco" sur youtube. Le film y est en entier.En espagnol. Je viens juste de commencer et ça a l'air excellent! Auparavant, j'ai regardé "Theresa de Avila" toujours en espagnol, mais un peu plus difficile à comprendre.
    A bientôt!
    Benoîte.

    RépondreSupprimer
  27. A Patricia:

    Vous sentez la colère monter du tréfond des peuples européens, et vous voulez participer à cette colère en ne donnant pas votre voix à la médiocrité d'un vote. Mais préférez-vous par votre abstention, sous prétexte de renouer avec le sens du tragique qui nous manquait, participer de l'"(atrocité)" des "temps révolutionnaires" qui ne s'accommodent que de "moeurs" sanguinaires? Croyez-vous que la solution, ce soit "une bonne guerre"? Ne croyez-vous pas qu'il soit préférable, au contraire, de se servir du paravent de la démocratie qui nous est peut-être encore offerte pour que nous la développions, non dans sa parodie, mais sous son aspect véritable? Ne pensez-vous pas que l'émergence du référendum dans la thématique de cette campagne, et jusque parmi les tenants de la "sixième République parlementaire", jumelée à cette pratique quotidienne du forum qu'est la toile, soient des signes? Est-ce que ces signes ne demeurent pas à l'état embryonnère parce qu'ils sont portés par le voile et la discipline de partis qui n'y croient pas, plus intéressés à gagner sur le dos des peuples tondus à leurs intérêts que déjà conscients de "l'union sacrée" qui doit être celle de la nation? Vous êtes radicale, vous vous réservez pour des combats plus âpres; chaque fois que ma grand-mère, ancienne visiteuse de malades, passait devant le bloc opératoire, elle faisait cette prière vocale:

    "Dieu m'en préserve!"

    Elle est morte exhaucée. Certes, l'Occident manque d'esprit chevaleresque et a peur de l'avenir parce qu'il a peur de l'aventure. Mais il ne lui faut pas une bonne guerre. La violence doit cesser d'être l'auxiliaire systématique du sacré, ou bien le christianisme ne nous aura servi de rien sur le plan temporel. Mais quelle est la fonction temporelle du christianisme? Je laisse cette question ouverte à la méditation de notre cher abbé pour que Benoîte et moi soyons à nouveau abreuvés du "pain spirituel" qui nous manquent en ces temps de crise, peut-être antiprémisse d'une famine qui pourrait revenir! Car nous avons laissé à de plus pauvres que nous le soin de nous approvisionner en cultures vivrières! Voici un châtiment qui serait à la hauteur de notre indifférence à la misère! A Dieu la rétribution!

    RépondreSupprimer
  28. Cher Thierry,
    Juste un petit mot pour vous dire que j’ai donc regardé « Juana de Arco ». 5 heures de film magnifique ! Tous les films sur Jeanne sont différents. On n’épuise pas le sujet.
    J’ai été émue aux larmes et je me demande pourquoi notre amour pour Jeanne est si grand ! Nous avons tous des Saints patrons et bien d’autres encore qui nous ont marqué. Avec elle, c’est différent, complètement différent. Je pense qu’elle nous montre quelque chose de surnaturel, de vraiment Christique ; la façon dont on se comporte dans le Royaume de Dieu (guerre mise à part) : Dieu d’abord et toujours ! « Messire Dieu premier servi » Et puis elle n’est pas « féminine ». Ce n’est pas une séductrice. Selon les Evangiles encore ! Ce qu’il lui restait de « terrestre » est sans doute parti en fumée. (ça c’est une très mauvaise plaisanterie)
    « Teresa de Avila », c’est pas mal mais il n’y a pas cette dimension.
    Benoîte

    RépondreSupprimer
  29. Oh! Comme c'est gentil à vous, chère Benoîte, de me le faire savoir, grâce au Métablog.
    J'en suis d'autant plus touché que je ne connaissais pas moi-même ce film, il y a à peine, quelques jours: je l'ai découvert par hasard, en pianotant sur le net mais j'ai tout de suite senti "Le grand film" stupéfait de n'en avoir jamais entendu parler, jusqu'à présent, encore moins du nom de son auteur. J'avoue que je n'y connais pas grand'chose!

    En tout cas, je suis enchanté qu'il vous ait plu, et c'est moi, maintenant, qui vais le visionner, grâce à votre conseil.

    Comme vous avez raison "pourquoi notre amour pour Jeanne est si grand?" comme est profonde votre question. C'est un véritable Mystère, extraordinairement troublant.
    Peut-être me pardonnerez vous davantage ma faiblesse pour Laurent Voulzy, dont les paroles m'ont tant touché "...des siècles nous séparent...Jeanne..."

    RépondreSupprimer