samedi 31 janvier 2009

Ennéagramme (suite) : charlatans et gourous s'abstenir

Très belle session Ennéagramme au Centre Saint Paul aujourd'hui. Un animateur au mieux de sa forme. Des participants très divers. Des explications simples et convaincantes. Des échanges passionnés.

A l'attention de tous ceux qui voient dans l'Ennéagramme un nième truc comportementaliste, un classement à l'américaine, un ouvre boîte pour gestion rapide du personnel, je voudrais dire que ce que j'ai compris, moi qui hésitais à mon propre sujet, entre deux profils, c'est que le fond de l'analyse ennéagramme, qui ne peut être du coup qu'une auto-analyse (et ça c'est rassurant : charlatans et gourou s'abstenir), c'est d'aider chaque personne à identifier ses propres motivations. Comprendre ses motivations, c'est évidemment descendre en soi même. Dans le langage ignacien on dirait : c'est se préparer à faire élection de manière efficace. Rien de mieux pour faire des progrès que de savoir ce sur quoi travailler.

Rien à voir en tout cas avec une analyse des comportements, même si il existe des descriptions de profils. Nous sommes tous capables de tout : la question est de savoir popurquoi nous agissons d'avantage de telle ou telle manière.

Attention, ce que nous a fait découvrir notre Mentor, c'est la souplesse de l'ennéagramme, qui, à travers l'interaction des types les uns sur les autres décrit une personnalité chaque fois unique.

Notre animateur nous a promis... une suite !
Print Friendly and PDF

4 commentaires:

  1. Hum... mon Père, n'en prenez pas ombrage, je me permets de vous faire part de mon grand scepticisme, voire de mon inquiétude, devant votre enthousiasme pour ce qui semble bien être un charlatanisme pyscho-ésotérique de plus, si typique des déviances modernistes. Je prie que pour que notre Sainte Mère veuiile bien vous aider à dissiper les nuages qui semblent avoir obscurci votre raisonnement si remarquable par ailleurs.

    In Christo Rege
    Martin

    RépondreSupprimer
  2. En effet , l'ennéagramme nous donne un éclairage sur nos motivations intérieures et non pas sur nos comportements observables extérieurement .

    Le même comportement peut avoir des motivations différentes .A noter que nos motivations sont guidés par un automatisme d'évitement qui est à la base à la construction de notre personnalité.


    Ainsi, le comportement altruiste " tourné vers les autres " peut avoir des motivations différentes selon qu'on essaie d'éviter de reconnaître ses besoins ou alors d'éviter la souffrance en planifiant sa vie de manière plaisante en recherchant , par exemple, la compagnie de personnes agréables.


    Les spécialistes auront reconnu le type 2 et 7 .


    " Rien de mieux pour faire des progrès que de savoir ce sur quoi travailler".

    Est ce vraiment à nous de travailler sur nos faiblesses ou bien une fois que notre blessure a été clairement identifiée , il convient de la présenter humblement au Seigneur.

    J'avoue que c'est là mon point d'achoppement par rapport à l'ennégramme :celui d'une possible confusion entre les niveaux psychologiques et spirituels

    Est il le commemencement d'un travail "psycho-machin" où Dieu est non seulement absent mais inutile , ou bien relève t elle d'un accompagnement spirituel , ou même sacramentel .

    Une deuxième question concerne l'existence même du péché .Le péché ,pour être mortel , doit remplir 3 conditions : avoir pour objet une matière grave, être commis en pleine conscience et de propos délibéré.

    Si je suis , par exemple , d'un type où domine la colère ( qu'elle soit dirigée vers l'intérieur , vers l'extérieur ou non exprimée) ( type 1 ,8 ou 9 ) ,peut on dire que la colère n'est jamais pour moi un péché mortel , puisque au moins deux conditions la pleine conscience et le propos délibéré peuvent être diminués par ma structure de mon ego , structure révélée par l'enneagramme?


    Pour finir au milieu de toutes ces interrogations , je citerai Saint Paul

    "9 Je préfère donc bien volontiers me
    glorifier de mes faiblesses, afin que la puissance du Christ habite en moi.
    10 C'est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les opprobres, dans les
    nécessités, dans les persécutions, dans les détresses, pour le Christ; car
    lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort. "

    (2 Co 12,9-10)

    RépondreSupprimer
  3. Attention, il ne suffit pas de dire qu'une théorie est compatible avec la foi catholique pour qu'elle le soit. Il faut encore le démontrer. Jusque là, rien de très convaincant sur l'énnéagramme.
    Tout ce que vous dites pourraît aussi bien se dire de la psychanalyse freudienne, de l'analyse transactionnelle, de la PNL, de la Gestalt...

    Plusieurs questions me viennent :
    qu'est ce qui détermine les actes d'un homme ?
    Quelle est l'articulation de la morale et de l'énnéagramme ?
    Comment a-t-on fait pour se connaître avant l'invention de l'énnéagramme ?
    L'énnéagramme est-il un progrès dans la connaissance de soi ?
    Qu'est ce qui différencie l'énnéagramme des autres "trucs comportementalistes américains" ?

    C'est sans doute encore une mode. Pour bien se connaître, il vaut certainement mieux aller faire une retraite de Saint Ignace.

    RépondreSupprimer
  4. Merci d'avoir retranscrit la réponse de votre animateur sur "le forum catholique" .J'ai cru reconnaitre des réponses à des questions que j'avais posées ( en particulier les 3 premières questions)

    je vais les relire tranquillement afin de les intégrer .

    Je retiens de ces réponses qu'il ne faut pas mélanger niveau psychologique et spirituel et que travailler sur nos faiblesses ( travail psychologique) ne nous empêche pas de les présenter humblement au Seigneur ( plan spirituel) .

    Comme le dit votre animateur :
    "vous parlez de votre point d’achoppement « une possible confusion de niveaux; Effectivement, votre post confond les niveaux du début à la fin. Distinguez-les et vos objections tombent. Appliquez-vous le remède que vous préconisez… "

    Je vais mettre en oeuvre ce conseil


    De la même façon , j'ai retenu que le péché est un acte et que l'énnégramme décrit des tendances.
    Le péché serait de succomber à des tendances mauvaises . L'existence de ces tendances révelées par l'ennéagramme n'oblitèrent en rien la moralité des nos actes . L'énnéagramme ,lui même ,en nous alertant sur ces tendances nous permettrait d'y succomber moins souvent .


    PS : Ce n'est pas très facile de suivre notre échange ; les questions sont sur ce blog , les réponses sur le forum catholique; peut être faudrait il regrouper le tout sur un site unique

    RépondreSupprimer