mardi 20 janvier 2009

Psychologie et spiritualité

Il y a une tendance constante, chez les fidèles comme chez les prêtres, à confondre psychologie et spiritualité, comme si les deux démarches étaient identiques ou comme si la spiritualité représentait un simple prolongement de la psychologie. Lieu commun de notre culture : le psychanalyste a remplacé le prêtre et le divan le confessionnal.

Je crois vraiment que ce lieu commun est profondément faux.

On peut dire que les problèmes psychologiques naissent d'un vide spirituel. Parce que notre société est systématiquement contre toutes les formes de la vie intérieure (le diagnostic est de Bernanos), elle engendre des personnages fragiles, sans épaisseur et que la grande centrifugeuse qu'est la Société de consommation colle à l'extérieur d'eux-mêmes. Parce qu'ils n'ont pas de vie intérieure, la moindre épreuve les trouve démunis et sans force. Les psychotropes tentent de nous faire oublier cette fragilité que crée l'absence de vie intérieure en chacun de nous.

Mais ces problèmes psychologiques, qui abîment l'homme, ce n'est pas la vie spirituelle qui va les résoudre. Personne - et en particulier dans une situation de collapsus psychologique - ne peut faire l'économie de la connaissance de soi. La charité sans la connaissance de soi est une folie, dit sainte Catherine de Sienne, dans son Dialogue. Sur un fondement bancal, développer la vie spirituelle, sans chercher à trouver son assiette personnelle, c'est pratiquer une fuite en avant qu'on paye toujours à un moment ou à un autre.

Cela étant, la vie spirituelle n'est pas non plus l'apanage des gens équilibrés. La grâce rencontre chacun dans l'état où il se trouve et lui permet de transformer son coeur de pierre en coeur de chair, pour aimer Dieu dans l'éternité bienheureuse, où les problèmes psychologiques, liés à nos fragilités, apparaîtront comme bien dérisoires.
Print Friendly and PDF

1 commentaire:

  1. « Nul savoir, si étendu qu'il soit, ne permet d'atteindre à la plénitude de la sagesse, sans la connaissance de soi-même. »
    - Bernard de Clairvaux

    A tous les détracteurs de l'introspection psychologique, qui souvent ne font que fuir les causes profondes de leurs propres infortunes (la plupart relationnelles et amoureuses) dans la vie. Si toutefois infortunes il y a, car chez ces personnes la plupart du temps de ce côté là on ne voit.....que du VIDE (incapacité émotionnelle très kantienne, qui leur fait craindre tout ce qui pourrait les sortir de leur bulle, car tout sur quoi ils ont bâti leur petite vie bien réglée et organisée risquerait de s'écrouler)

    RépondreSupprimer