jeudi 14 mars 2013

Un François peut en cacher un autre

Ainsi donc le pape François a-t-il déjoué tous les pronostics, parvenant au Souverain pontificat à 76 ans, alors qu'il n'y était pas parvenu (ou qu'il y avait renoncé ?) à 68... lors du précédent conclave, dans lequel il s'était trouvé opposé à Benoît XVI. Pas un vaticaniste ne donnait un kopeck sur son nom. Il y aurait eu un bon coup à faire chez les bookmakers... Dommage ! Reste, malgré la visite de rigueur aujourd'hui à son prédécesseur, que cette élection apparaît comme un échec personnel pour Benoît XVI. Il suffisait, mercredi, de voir la tête de Mgr Marini, grand ordonnateur des cérémonies ratzinguériennes qui a deux reprises essuya un refus ostensible du nouveau pape, pour sentir que le vent avait tourné Place Saint-Pierre. C'est sans doute aussi ce que voulait nous dire le goéland, obstinément vissé à la cheminée de la Sixtine, comme s'il attendait la croisée des vents.

Mais il faut reconnaître que, pour tous, ce pape est une énigme... Il n'y a guère que Jean-Luc Mélanchon, qui, sur l'heure, l'avait percé à jour : «L’élection de Jorge Mario Berloglio comme nouveau pape n’est pas une bonne nouvelle pour les progressistes du monde chrétien ni pour la révolution citoyenne en Amérique du sud. Silencieux sous la dictature militaire puis à l’heure des jugements des militaires criminels, opposant connu aux gouvernements argentins de Nestor puis de Christina Kirschner, tendre pour l’Opus Dei, hostile aux prêtres progressistes, le nouveau chef de l’Eglise catholique devra prouver qu’il n’a pas été élu pour déstabiliser les régimes progressistes de l’Amérique latine ni pour poursuivre les persécutions contre la théologie de la libération. Compte tenu de l’affichage favorable aux pauvres, il faut espérer qu’il soit plutôt enclin à aider ceux qui en sont actuellement les porte-parole en politique et dans le christianisme amérindien ». Fermez le ban ! Voilà un pape fasciste... de plus !

On voit bien que Jean-Luc Mélanchon, qui a été enfant de choeur, ne croit plus au Saint-Esprit. Sinon il se méfierait. Il faut toujours se méfier des énigmes quand elles arrivent telles des météorites, à ce niveau de réalité.

N'empêche ! Dans l'ensemble (je ne parle pas des affreux procès d'intention qu'on n'a pas fini de faire au pape régnant), Mélanchon a bien raison de dire aux progressistes binaires qu'ils ne se réjouissent pas trop vite. Il a fallu attendre aujourd'hui jeudi pour que Golias emboîte le pas à Mélanchon, mais ça y est : le bon pape François, ils sont contre. Quant à Mgr Gaillot, il se proposait sans rire , au vu de sa prestation Place Saint-Pierre, pour lui donner des cours de communication. Il confond sans doute Saint-Pierre de Rome et Parthénia...

Regardons l'Eglise et pas notre petite chapelle. Essayons de "sentir avec l'Eglise" comme dirait ce jésuite de pape. Je suis en train de prêcher les exercices de Saint Ignace, au cours de ce que nous avons appelé "une retraite dans la ville". Ce pape "électron libre" (comme l'appelle Olivier Figueras), on le sent pétri de la liberté spirituelle que donne la pratique des Exercices de Saint Ignace. Il semble véritablement "indifférent", selon le conseil de saint Ignace, "ne souhaitant pas plus une longue vie qu'une vie courte, l'honneur que les opprobres, les richesses que la pauvreté, désirant et choisissant uniquement ce qui nous conduit davantage à la fin pour laquelle nous sommes créés" (Principe et fondement). Telle est la raison profonde de sa vie ascétique ; lever 4 H 30. Oraison pendant une heure. Réception de ses prêtres sans rendez-vous de 6 H à 8 H tous les jours. Pour le voir ? Il suffit d'avoir quelque chose  à lui dire et de se lever tôt pour aller le lui dire.

On nous parle beaucoup de saint François d'Assise et de son amour des pauvres. Bien sûr ! Mais un François peut en cacher un autre. Pour ce jésuite, il est évident que François Xavier, qui fut, à Paris, un des premiers compagnons d'Ignace, Navarrais comme lui, ce génie de l'évangélisation, tient au coeur du cardinal Bergoglio. Je crois qu'on peut dire qu'on va arrêter de nous parler de la nouvelle évangélisation... Et qu'on va la faire avec lui. J'avoue que j'ai beaucoup aimé la manière dont, au mois de mai dernier, il a traité les prêtres qui refusent le baptême à ceux qui en ont fait la demande. Il les appelle "des néognostiques pharisaïques" et il leur reproche de "détourner les âmes du salut". Rien que ça : qui se sent morveux...

Alors bien sûr, Bergoglio n'est pas traditionaliste. Il semble loin des traditionalistes de son diocèse. Les traditionalistes attendront longtemps un autre Benoît XVI, en espérant qu'ils le traitent mieux que le premier... Ils ne pourront plus s'endormir en rêvant du doux habit blanc qui les protège de haut contre les vents mauvais. François les aura réveillé de leur douce somnolence et de leurs rêves de gloire. A nous de montrer aujourd'hui que ce qu'apportent les traditionalistes à l'Eglise - la liturgie latine et la culture théologique thomiste - est nécessaire à la nouvelle évangélisation. Il faut se retrousser les manches... Et baptiser !

A défaut d'apprécier tout ce que fera le nouveau pape (auquel il manquera certainement quelques dentelles), nous pouvons épouser sa devise épiscopale : miserando atque eligendo. On traduit souvent "En faisant miséricorde et en choisissant". Mais le latin est concis. Je crois qu'il faut traduire plus exactement : En faisant miséricorde et en choisissant de le faire. Rien ne sert d'avoir seulement pitié "comme un coeur qui s'épanche", qui s'écoeure ou qui se débonde... Non ! Il faut faire élection. Il faut choisir d'avoir pitié. Il faut que la miséricorde que nous diffuserons, nous chrétiens, autour de nous ne soit pas le fait de je ne sais quelle faiblesse de caractère ou de je ne sais quelle tendance à se répandre. Qu'elle soit un choix, comme l'évangélisation qui en est l'expression la plus élevée : miserando atque eligendo.
 

36 commentaires:

  1. Quelle belle entrée en la matière, M. l'Abbé ! Merci pour cette introduction très juste, remplie d'espérance que nous ne pouvons que partager. Cela change des haineux de certains forums, si décevants ! Respect du Carême au moins, si déjà se croient-ils supérieurs au collège des Cardinaux dans le discernement. Humilité !

    Le Saint Père a touché le coeur des fidèles de la place St Pierre. Il a une forme de douceur à sa manière - envie de dire 'quel homme sympathique'. Son aspect ascetique rassure. Régularité d'une vie au service du Christ,
    par qui il commence d'ailleurs - le Notre Père !
    Un Pape de la prière plus publique, plus affirmée. Devant toutes les télévisions du monde, Pater et Avé, c'est quand même quelque chose ! Puis le silence.
    C'est un très beau début, très chrétien.
    Et qu'importent les dentelles, quand la Prière du Seigneur est là !
    Merci Saint Père.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur l'Abbé, merci de m'avoir inspiré cette prière que je réciterai désormais quotidiennement: "Esprit Saint, touchez les coeurs afin que tous comprennent que la liturgie latine et la théologie thomiste ne sont pas des "ingrédients" dépassés mais le terreau nécessaire à la nouvelle évangélisation". Quand à notre nouveau Pape,il a déjà "attrapé" nos coeurs par sa simplicité,son humilité derrière laquelle se cache, soyons-en sûr, une esprit déterminé.

      Supprimer
    2. Ce nouveau Pape semble intransigeant sur certains fondamentaux comme la défense de la vie et la dénonciation du mariage homosexuel auquel il a été confronté dans son pays , donc bien .Il n'a pas rejoint la théologie de la libération ; encore bien .Il aura un discours social ; venant d'ou il vient on ne peut s'attendre à autre chose . Maintenant , en effet , quelle sera son attitude face à la FSPX ? S'il ferme la porte ce sera une erreur mais la fraternité continuera son bonhomme de chemin et peut-étre les vélléités de simplicité , de dépouillement de François assureront aux disciples de Mgr Fellay un regain d'intérèt .Car si j'avais très modestement un conseil à lui donner c'est qu'il n'oublie pas que le Pape a toujours été et doit demeurer un monarque ; monarque de droit divin . Cela suppose d'entretenir une transcendance et conserver un apparat .S'il y renonce il banalisera la fonction d'autant que la démission de Benoit XVI a peut-étre commencé le processus .Il n'y a pas de Pape normal .Pour ma part j'eus préféré voir au balcon , hier soir , le cardinal Marc Ouellet .

      Supprimer
    3. L'attitude du Cal Ouellet vis-à-vis de la FSSPX et de la Tradition est pourtant claire: c'est "niet" ! De plus, son interview à la veille du conclave l'a certainement torpillé, tellement il "s'y voyait" !
      Quant au Saint Père, la FSSPX continuera à prier pour qu'il guide l’Église dans la Foi, ainsi que le Christ lui a demandé !

      Supprimer
  2. Oui, d'accord avec l'anonyme et monsieur l'abbé. Viva Francesco !

    Il y a aussi aujourd'hui : une homélie magnifique de simplicité et de justesse :http://www.zenit.org/fr/articles/le-pape-francois-exhorte-a-suivre-le-christ-pas-la-mondanite-du-demon

    "« celui qui ne prie pas le Seigneur prie le diable », car « quand on ne confesse pas Jésus-Christ, on confesse la mondanité du diable, la mondanité du démon », a ajouté le pape"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le lien ne semble pas marcher

      Supprimer
  3. Cher Abbé

    Que de méprises et ce n'est pas dans la dentelle ...

    Yves Daoudal fait triste mine car effectivement, ce Francois est venu refaire l'Eglise... à 180° de BXVI.

    En avant toute pour un retour au bon temps de Paul VI.

    en 24h
    - je commence par rechercher l'appui de la synagogue
    - je déboulonne l'autel de BXVI
    - je me retourne devant la face de Dieu
    - j'annule ma visite à BXVI

    Que pensez d'un pape qui montre ses fesses au Bon Dieu ?

    On peut espérer et croire au miracle, cher abbé vous avez raison, mais je crois que le Bon Dieu va nous enfoncer jusqu'au bout. Nous avalerons Vatican II et l'Esprit de la Révolution jusqu'au bout. Cet esprit là n'a rien de Saint.

    Heureusement St Malachie est là pour nous rappeler qu'au bout il y a le retour du Christ.

    C'est notre espérance, heureusement, lui ne se retournera pas, il reviendra et ce sera sans doute ok Corral.

    Derrière la dentelle se cache en effet quelle relation à Dieu avons nous? est elle soumission totale ou paravent conditionnel ?

    A voir les sorties programmées de nos Évêques avant le début officiel du conclave sur le mariage des prêtres, les femmes cardinales ... l'élection était déjà jouée.

    Ce 13 mars est un triste tirage : il n'y aura que des perdants.

    L’Espérance en Christ demeure.

    Tout à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Catholique choqué15 mars 2013 à 16:24

      Comment peut-on avoir l'impudence de ne pas recevoir le message du Saint Père à ce point ?!?
      Simple : en cherchant ses "fautes" (selon le "magistère" des censeurs), plutôt que de se concentrer sur la parole du Pape et la recevoir dans l'humilité et l'obéissance, en bon catholique.

      Le Pape commence par placer la prière au 1er plan, le Seigneur, la Vierge, le silence et le recueillement. Il demande hmblement la foule de prier Dieu (extrêmement non catho, de demander aux gens de prier Dieu, n'est-ce pas ?) pour qu'Il lui accorde Sa bénédiction. Le lendemain le Saint Père célèbre en latin, en plaçant le Christ au centre de son homélie (tout est vain, si pas orienté vers le Christ, voilà en gros le sens en une phrase et pas l'orientation de la table, Dieu est partout), il évoque le démon (on le croyait oublié, celui-là) or là il est évoqué publiquement, à deux reprises, et rapproché du monde et ses mondanités. Aujourd'hui il exorte les évêques à se garder du pessimisme (formidable car mène à l'enfermement sur soi ou à l'acédie).
      Jusqu'à là, en à peine un jour et demi, c'est plutôt excellent,ce bilan- gaudeamus !

      Au lieu de se tenir à l'affût des "erreurs" potentiels du Saint Père, ces messieurs/dames tradi-modernos (car ceux-là aussi, ils cherchent la "faute", cf media bobo) feraient mieux de se mettre à l'écoute du Pape et de son message, ce qu'il dit et non pas ce qu'il ne fait pas! Qui sont-ils pour juger ? Engeance de vipère, disait Jean-Baptiste.
      Puis ils feraient mieux de s'intéresser de plus près à leur propre examen de conscience, la Semaine Sainte approche.

      Supprimer
    2. désolé de vous avoir choqué, mais j'ai ressenti la même tristesse de voir un Pape célébré de dos au Tabernacle.

      La liturgie n'est le pale reflet du boboisme traditionnel parisien mais l'expression de la foi profonde héritée de 2000 ans de prière et de transmission de l’Église.

      Jésus n'a pas sacrifié au Temple avec batterie et fanfare après avoir guéri l'aveugle et le lépreux.

      Il n'a pas abrogé la loi, il a accompli toute la loi jusqu'à ses dernières paroles sur la Croix.

      Tout à vous.


      Supprimer
  4. Merci pour ces mots. Ne lui mettons pas plus la pression qu'il ne l'a déjà, avec son prédécesseur cloîtré à deux stations de métro !

    RépondreSupprimer
  5. Beaucoup de sujets d'admiration pour ce Pape qui nous est donné. Juste une petite note d'inquiétude en voyant le nombre de messes traditionelles à Buenos Aires. Il y en a nettement moins que dans les Yvelines.......

    RépondreSupprimer
  6. Mon Père,

    Je tenais à vous remercier de ce que vous écrivez sur notre nouveau Pape François.

    Je l'avoue -- maintenant avec honte -- j'ai été déçu hier soir en apprenant son élection : j'attendais le cardinl Ranjith, ou le cardinal Dolan, ou un autre encore. En moins de vingt-quatre heures, cette déception a été balayée : nous avons un grand Pape, très différent certes de Benoît XVI. A bien des égards, il me rappelle Jean Paul Ier (savez-vous que ces deux papes ont lancé aux cardinaux, après leur élection : "Dieu vous pardonne ce que vous m'avez fait" -- en réalité une citation du pape Eugène III ?).

    Nous avons à présent deux papes sur cette terre. Nous en avons besoin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juste à propos du pape qui "montre ses fesses au Bon Dieu" !

      Le Bon Dieu lui-même nous a affirmé que, "quand deux ou trois étaient réunis en son Nom, il était Présent au milieu d'eux". Ne serait-ce pas, plutôt, qu'avec les "deux ou trois" - ses frères - qui s'assemblent avec lui, le pape se tourne vers Celui qui est présent au milieu d'eux. Sauf à penser, sans rire, que le Bon Dieu - que son Nom soit béni - est vraiment "localisé"à l'Est.

      Supprimer
    2. exact, exact ! Merci de cette mise au point...et au pas. Quelle expression irrespectueuse et peu chrétienne: sur le fond car Dieu en effet est parmi ceux rassemblés en Son Nom, et sur la forme car d'une grossièreté sans rapport avec l'égard dû au Souverain Pontif

      Supprimer
    3. " se tourne vers Celui qui est présent au milieu d'eux ..." ? au milieu voudrait dire exclusivement au centre ? quel anthropocentrisme ... de plus, il me semble que la messe n'est pas seulement une "réunion", qu'il y a un autel parce qu'il y a un sacrifice. peu importe que ce soit vers l'Est, du moment que c'est vers l'autel que tout le monde se tourne.

      Supprimer
  7. après des années de B16,
    où le mlaise pour bcp de chrétiens ...
    le pape François commence à m'éblouir

    autres gestes :

    Après sa prière de ce matin à la basilique Sainte-Marie Majeure, le Pape est allé cherché lui-même ses valises dans la résidence où il logeait avant le début du conclave. Il a payé la facture et remercié le personnel de la Casa del Claro.

    après le coup du balcon,
    tout l'appareil protocole, majordormes, monsignori se jettent sur lui
    pour l'écarter des autres cardinaux
    on le met à part c est le début de la sacralisation, de l'intouchable !
    et on lui propose l'ascenseur papal à part, toujours à part, l'intouchable !
    et les cardinaux sont priés de prendre l'autre ascenseur
    François dit : mais non mais non
    il y a de place pour tous venez avec moi !"
    et une poignée de cardinaux écrasent le pape dans l'ascenseur !

    arrivés en bars dans la cour intérieure
    la voiture pontificale et chauffeur l'attendaient, tout était prévu
    enc ore à paret, le sacré à part, l'intouchable !
    et François dit "non non pas de voiture merci !
    je prends le minibus avec mes frères cardinaux"

    A Buenos aires,
    il a quitté son palais épiscopal
    poru un petit appartement dans un immeuble
    il adore faire la cuisine lui m^me, il n'a aucun chauffeur
    et il prend le bus et le métro

    il allait souvent prier, célébre et manger avec les familles des favelals, des bidons villes il a même couché chez un prêtre pour le protéger,
    menacé par les narco-trafiquants ..

    le cardinal Barbarin lui tel à Buenos Aires
    pour mettre en rapport un jeune dépressif argentin
    revenu de Lyon, avec un prêtre argentin
    il répond "je m'en occupe"
    et il l'invite à manger chez lui, c l'évêque qui faisait la cuisine ...
    tout en l'écoutant et en parlant ..

    Mon Dieu serait ce un nouveau Jean XXIII ?
    moi qui désespérais de cette Eglise !
    je n'ose le croire,
    je n'ose l'espérer, dites moi que je rêve ???
    réveillez moi
    merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tous ces petits gestes sont certes sympathiques, mais tellement anecdotiques ... Saint Louis pouvait être humble, tout en étant royal.

      Supprimer
  8. Anonyme 15 mars 2013
    Ne soyons pas compliqués ! Est-ce que le Christ et les apôtres se promenaient "en dentelles" ? PARDON : je tiens à la soutane et au glergiman ! Mais enfin, n'exagérons rien...Benoît XVI nous a montré une royale leçon de courage, sagesse et humilité. François 1er continue ce parcours de l'Humilité de façon magistrale, dès sa première allocution au balcon, voulant se laisser bénir par les fidèles du monde entier, entonnant le Pater et l'Ave. C'est remarquable ! IL EST le Pape des pauvres ! Il est très courageux, vu sa santé très fragile (1 seul poumon), vous l'oubliez ? Souhaitons-lui longue vie et protection.
    Savez-vous qu'il allait dans les prisons, et comme Jesus, laver les pieds des prisonniers ?...qu'il visitait les bidons villes... Il va faire un grand balayage. Ce sera très bien. "Le Christ sans la Croix, que nous soyons laïc, prêtre, évêque, pape, nous sommes des mondains...". Quel pape a lancé ce glaive ? La Très Sainte Vierge a annoncé, à Kerizinen, une "église redevenue humble, pauvre, évangélique". De plus, J'ai vu François sur kto en video datant de qq années, célébrant la messe. Une homélie très forte, eucharistique en union avec Marie. L'Esprit Saint l'a choisi. Ne doutons pas qu'il restera soudé à BXVI dans les coulisses, et qu'Il fera tout pour l'Unité des Chrétiens en espérant que la FSPX accepte la Main Tendue ! Elle ne dépendrait que de Rome, que faut-il de plus ?! Nos divisions, Funeste Scandale, réjouissent l'Adversaire. Vous faites souffrir le Christ ! MALHEUR A CEUX PAR QUI LE SCANDALE ARRIVE ! Humilité, Humilité, et encore Humilité. On vous reconnaîtra pour mes disciples à l'Amour que vous avez les uns pour les autres. Soyez tous UN en Moi dans le Père !
    Une dame baptisée adulte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je préfère le "pape des riches" !

      Non c'est de la provocation pour dire que l'expression "pape des pauvres" me laisse une impression de malaise et de démagogie.

      Le Christ rencontrait tout le monde

      Supprimer
  9. Indifférence ( au sens ignatien) essentielle. Le Saint Esprit a choisi . (il a déjà choisi Jean 23, Paul 6,Jean Paul 2, Benoit 16..)
    Où sont les grands prophètes qui nous annonçaient que Ratzinger avait noyauté le conclave et que le pape ne pouvait être qu'en continuité??
    C'est la continuité des "droites avec les lignes courbes", ou de l'espace courbe" revu Newtonien. Ou d 'une axiomatique nouvelle où, par une seule droite, il peut passer beaucoup de points, de courbes et de parallèles..
    Ou bien comme aurait dit Hegel, c'est une continuité qui est " continuité de la continuité et de la discontinuité"

    A vérifier pour François : interdiction de l'application du motu "ecclesia dei" dans son diocèse ( donc désobéissance au pape, ou bien désobéissance à la collégialité???); commémoration de la nuit de cristal en pleine cathédrale où il a allumé la menorah lui-même..(voir l'enthousiasme du "congrès juif mondial".

    la liturgie extraordinaire? mais chez nous ( des zones déshéritées), il n'y en a pas..donc nous nous réunirons pour lire la messe latine entre nous.
    Peut-être trouverons-nous un prêtre gyrovague pour nous installer un Saint Sacrement à domicile? (si le Saint Sacrement peut être "à demeure" autrement qu'en nomadisme! en trinitaire migration ! )
    St Thomas nous ne pouvons plus le lire (inculture) et puis dans quel néo thomisme l'aborder???

    Et rien de cela ne suffira
    il faut retrouver la France ( sous l'hexagone, sous l'espace neutralisé ,que les abstentionnistes criminels ont livré au cataclysme bis : salles de shoot, laïcisme exacerbé, sectarisme, incompétence, laxisme insécuritaire, expérimentation sur les embryons, pseudo mariage, euthanasie, vote des étrangers, atlantisme, archaïsme économique et bientôt gouvernement par ordonnances etc etc )
    Le 24 mars ne devrait être , après le 13 janvier , que le début d'une longue série de manifestations institutionnelles étalées sur les années qui viennent et où les catholiques permettraient au peuple de France de se "manifester" ( épiphanie!) rameaux à la main ..

    Il faut retrouver l'Amour : Dieu-Amour-Etre...Oser "être" en , avec,par, pour la Gloire de l'Etre qui dit "Je suis celui qui suis"

    Il faut retrouver l'action ( liturgique=action du peuple, action de grâce, action pensée, poématique oeuvrante, et pas réduite aux ré-actions et ré-sistances scotchées sur les obstacles et sans aucune vastitude d'affirmation )

    il faut retrouver la fierté contre les hontes repentantes , fierté catholique , fierté française, fierté d'Europe (jusqu'à Vladivostok) , fierté d'Occident

    France Amour Action Fierté..."FAAF" diront les léninistes et autres..
    Paroisses virtuelles, catacombes en plein ciel .. dans le goulag sans frontière, l'Albanie mentale terroriste qui nous écrase et asphyxie

    Et puis nous irons cherché les misères réelles, celles qui ne sont pas "clientélisables" par la Crapule. Autour de nous, pas à 15 000 km

    Et puis nous sécurisons nous quartiers, sans armes, avec de sifflets à roulette, comme ARC4 à la Courneuve.
    Et nous ennuierons les dealers comme dans tel quartier du 93 où les habitants occupent les halls d'entrées des tours etc ..
    Amour de Dieu, amour du prochain ..Si les résistants , les curés, les évêques et le pape veulent nous aider, ils sont les bienvenus !

    L'Ahuri du Service A.S.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette obsession de la messe en forme extraordinaire est bien française.
      Dans des pays catholiques comme la Pologne, les Philippines, l'Argentine et tant d'autres,ce problème se pose peu, car peu d'abus liturgiques dans la forme ordinaire du rite. Le besoin de la forme extra quasi caduque. Tout le monde de toute façon à genoux pour la Consécration et la Communion.
      Les gens sont contents de prier dans leur langue, et la sacralité est une évidence pour eux, ils ne sont pas intéressés par ce faux débat bien français. La population de base càd le gros des fidèles ne se pose même pas de telles questions, ils prient, ils adorent, ils louent, en suivant leurs pasteurs. N'exportons pas nos esprits torturés.

      Sinon, pour ceux qui évoquent "l'oubli" de BXVI, le Pape Francesco a fortement glorifié aujourd'hui son Prédecesseur.

      Supprimer
    2. Rassurez-vous sur le Pape François, il sait à qui se vouer :

      "Comme nous l’a rappelé si souvent le pape Benoît XVI dans ses enseignements et, enfin, à travers son geste humble et courageux, c’est le Christ qui guide l’Église par son Esprit. L’Esprit-Saint est l’âme de l’Église par sa force vivifiante et unifiante : d’une multitude il fait un seul corps, le Corps mystique du Christ », a déclaré le pape. (15 mars 2013)

      Et cela suffit. Comment pourrait-on, avec notre misérable discernement, le peu de confiance et le péché contre espérance, se substituer au supra ?

      Supprimer
  10. Monsieur l'Abbé, permettez-moi une question avec la phrase suivante, tirée de votre texte:

    Reste, malgré la visite de rigueur aujourd'hui à son prédécesseur, que cette élection apparaît comme un échec personnel pour Benoît XVI.

    Doit-on interpréter les choses de manière aussi binaire? Vous utilisez plus haute le terme "opposé à B XVI", mais est-ce vraiment sur un plan négatif qu'on doit comprendre cela, comme s'il s'agissait d'une conquête "politique" du pouvoir? Ou bien suis-je un doux naïf?

    RépondreSupprimer
  11. Merci de votre commentaire. Attendons. Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  12. Oui, l'élection de ce pape est une énigme...
    le jour du départ de Benoît XVI, j'ai été saisie d'une tristesse profonde, incompréhensible, que je n'ai pas réussi moi-même à analyser, je dirais une tristesse métaphysique ( moi qui suis d'un naturel joyeux et qui n'a jamais connu la moindre dépression) Elle a duré plus d'une semaine et s'est estompée dans une prière fervente et quotidienne pour le conclave.
    Maintenant, je comprends dans la surprise douloureuse de l'élection de ce pape si contradictoire...les cardinaux ont-ils vraiment écouté l'Esprit -Saint? Ne sont-ce pas les loups qui ont gagné comme disent certains?
    Quand on voit ses premières prises de position si opposées à celles de Benoît XVI, cet autel face au peuple dans la Sixtine, cette bénédiction surprenante, ce relâchement liturgique, tout cela est bien inquiétant.
    Et ce qu'on dit de lui "le pape des pauvres" ; le pape n'est-il pas pour tous les catholiques sans distinction de statut social ? Et ce nom de François , si facilement instrumentalisé par les écolos et gauchistes de tout poil...ce n'est pas anodin de se couper ainsi de la longue tradition des souverains pontifes.
    Il y a aussi, heureusement, des points très positifs, dans ses positions solides concernant la famille, le respect de la vie, et puis son insistance sur l'importance du baptême.
    Difficile de faire le deuil de Benoît XVI quand on est attaché à la liturgie traditionnelle ; le motu proprio sera-t-il encore plus entravé qu'il ne l'est actuellement ? La FSSPX fait ce qu'elle veut, mais les communautés Ecclesia dei vont dans doute en souffrir...Prions pour les jeunes prêtres et les séminaristes, ils en auront besoin car le vent a tourné pour un temps au moins, même si leur nombre est un grand sujet d'espérance.
    Merci cher Père, de vos réflexions. Anne

    RépondreSupprimer
  13. Pour info, il y a sur le site de la FSSPX un article intéressant sur le cardinal Bergoglio

    http://www.dici.org/actualites/le-cardinal-bergoglio-et-la-fraternite-saint-pie-x-en-argentine/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,

      Pourtant très attachée à la Tradition, je ne comprends pas l'intérêt de cette intervention de Monsieur l'abbé Bouchacourt; laissons ces apostrophes aux médias qui, malheureusement, cherchent toujours ce qu'il y a de plus laid et qui ont l'art de transformer la réalité des faits pour les rendre méprisables... les polémiques ont vite fait de transformer la vérité, Benoît XVI en a fait les frais en son temps et d'autres avant lui....

      Je crois que tout cela n'est bon ni pour l'Eglise, ni pour nous, chrétiens, ni pour l'image de notre pape.

      Supprimer
  14. à propos de la devise du Pape : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/03/lorigine-de-la-devise-du-pape-fran%C3%A7ois-miserando-atque-eligendo.html

    RépondreSupprimer
  15. Hier, lors de la messe dans la chapelle Sixtine, pour sa première homélie, le pape a laissé la cathèdre pour s’adresser à l’assemblée d'abondance du cœur, en italien, debout à l'ambon, comme un simple prêtre.

    Dans les deux lectures (Isaïe 2,2-5 et 1P 2,4-9) et l'Evangile (Mt 16, 18, profession de foi de Pierre), a-t-il fait remarquer, un élément est commun : c’est le « mouvement » : dans la première lecture, ce mouvement est le « chemin », dans deuxième lecture il s’agit de « l’édification de l’Eglise » et dans l’Evangile, de la « confession ». 


    Cheminer : « notre vie est un chemin », a rappelé le pape : il s’agit pour le chrétien de « cheminer toujours en présence du Seigneur, à la lumière du Seigneur ».


    Édifier : Édifier l’Eglise, sur « des pierres, qui ont de la consistance », mais qui sont aussi « vivantes par l’Esprit Saint », a-t-il expliqué. 


    Confesser : « Nous pouvons cheminer autant que nous voulons, nous pouvons édifier tant de choses, mais si nous ne confessons pas Jésus-Christ, cela ne va pas ». [...] « Si on ne chemine pas, on s’arrête », « si on n’édifie pas sur les pierres… tout s’écroule, sans consistance » [...]
    Ces trois actions : « cheminer, édifier, confesser », a-t-il fait remarquer, ne peuvent se vivre sans la croix : « Quand nous cheminons sans la Croix, quand nous édifions sans la Croix et quand nous confessons un Christ sans la Croix nous sommes mondains : nous sommes des prêtres, des évêques, des cardinaux, des papes, mais pas des disciples du Seigneur ».

    Le pape a donc souhaité que l’Eglise ait « le courage de cheminer en présence du Seigneur, avec la Croix du Seigneur; d’édifier l’Eglise sur le sang du Seigneur, versé sur la Croix; et de confesser l’unique Gloire, le Christ crucifié ».[...] 




    RépondreSupprimer
  16. Envoyer Léon Bloy au cimetière des imprécateurs peu sympathiques, mais grands médiseurs et mépriseurs tout en portant aux nues notre nouveau Pape me semble un tantinet excessif. C'est en forgeant que l'on devient forgeron et François a voulu d'entrée montrer qui est le chef, ainsi qu'il se fait dans toutes les sociétés, maist il est urgent d'attendre de le lire, de l'écouter et de comprendre sa vision de l'Eglise que d'aucuns voudraient moderne alors que d'autres s'en désespèrent.
    Une chose m'étonne, oubliée probablement par M. l'abbé Guillaume de Tanoüarn: très peu de références concernant la Compagnie de Jésus dont le statut même des jésuites leur interdit de postuler au titre de Pape Compagnie créée par le Pape et dépendant directement et uniquement du Pape, sans passer par aucune hiérarchie Mais quid en cas d'absence de Pape ? D'autre part, cette assemblée a fait très souvent perler d'elle au cours des siècles précédents, et pas toujours en bien, même si son enseignement est une merveille du genre.
    Enfin, et c'est surement un point essentiel pour l'avenir: que penser de la commémoration de la nuit de cristal, créée par le B'Nai B'Rith Argentin le 12 Nov 2012 en la cathédrale de Buenos Aire et de l’allumage par lui-même de la menorah ? On comprend mieux l'extrême satisfaction du congrès juif mondial.(voir l'enthousiasme du "congrès juif mondial".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1 - Les Jésuites élévés au cardinalat ne dépendent plus de la Companie mais directement du Pape ; ils peuvent donc parfaitement être élus Papes par le Sacré Collège. Et puis rien ne doit brider le choix des Cardinaux qui peuvent même élire un simple laïc célibataire, veuf ou marié. Au surplus vous devriez savoir que personne ne peut postuler au Souverain Pontificat. Les textes précisent d'ailleurs que toute individu qui se serait porté candidat serait ipso facto exclu de la sélection. Il paraît même que dans le passé des petits malins qui n'avaient aucune envie de devenir pape (on les comprend) faisaient savoir urbi et orbi qu'ils étaient candidats pour être bien certains d'être écartés de cette charge suprême. Il semble que le Cardinal Bergoglio ait signalé en 2005 qu'il ne se sentait pas apte à de telles fonctions ce qui a laissé le champ libre à Ratzinger (8 ans de perdus).

      2 - François a eu tout a fait raison de participer à la commémoration de la nuit de cristal en la cathédrale de Buenos Aires et d’allumer lui-même une bougie de la Menorah. J'ajoute qu'il est un grand ami du Chief Rabbi d'Argentine avec qui il a écrit un livre (bientôt traduit en français j'espère). Ne vous en déplaise Nostra Aetate s'impose à tous les authentiques catholiques. Si le CJM s'en félicite, tant mieux. Une prière pour nos Frères Juifs qui vont bientôt fêter Pessah.

      NB A la défférence de l'élection du Pape élu qui peut refuser le choix, le Supérieur général de la Compagnie nouvellement élu ne peut récuser le choix des électeurs car tout Jésuite est soumis à la règle de l'obéissance (sauf les cardinaux qui ne font plus partie de la Compagnie). En outre un Jésuite n'obéit qu'à ses supérieurs et même le Pape ne saurait donner un ordre à un Jésuite : il doit passer par le Supérieur général puis suivre la (dure) voie hiérarchique. Le Cardinal (alors Père) Bergoglio avait été écarté du provincialat et relégué dans un trou pour avoir pris parti pour le pape lors du bras de fer entre Jean-Paul II et le P. Arrupe alors Supérieur général.

      Supprimer
  17. Comme il l’a dit enfin, François I se réfère bien au Poverello d’Assise. C’est bien ainsi que l’avait compris la majorité des chrétiens (et même les autres) ! Donc, un François n’en cache pas un autre. Il serait plus juste de dire qu’un Jésuite cache un Franciscain !
    Avant d’entamer ce point de vue, je voudrais dire à l’anonyme qui me précède, que la question n’est pas qu’un jésuite n’ait pas le droit d’être Pape. Les membres de la compagnie de Jésus font 2 vœux supplémentaires qui sont effectivement :
    1- servir le Pape
    2- n’accepter aucune charge ecclésiastique.
    Par conséquent, déjà il n’aurait pas dû accepter d’être nommé Evêque, ni Cardinal ! Nous n’avons pas à juger ce fait, même s’il nous paraît étrange. Un des traits des Jésuites, c’est « un peu » de faire ce qu’ils veulent quand ils veulent et comme ils veulent. Cela ne nous regarde pas, mais on peut quand même le remarquer. Et ce Pape là n’échappe pas à la règle. Leur unique supérieur étant le Pape, les « Jèz » ont acquis un esprit de liberté qui se montre, au cours de l’histoire, être à double tranchant. Il est vrai que le jour de son élection, j’ai craint d’être dans un film intitulé : « les Provinciales », suite et fin…Mais attendons plutôt.
    Pour en revenir à François d’Assise, on ne s’en tire pas simplement en parlant des pauvres. Tout d’abord, St François s’est fait pauvre parmi les pauvres. Il a contrebalancé les richesses colossales dont la papauté faisait un usage exclusivement mondain, mais il n’a jamais milité pour les pauvres comme on voudrait nous le faire croire. La récupération commence déjà à poindre son nez !
    François d’Assise peut être considéré comme le plus grand Saint de tous les temps parce que sa sainteté est complète. Elle se situe par rapport à Dieu, à l’Eglise, aux humains et s’étend à toute le création ( « il creato » a dit le pape, ce matin). C’est pourquoi le choix de ce Saint Patron est le plus exigeant de tous. Le choisir fait preuve de courage et ce Pape là est le premier en son genre.
    En ce qui concerne l’amour de St François pour la création toute entière, ce qui est remarquable, ce n’est pas qu’il ait conversé avec un loup, des oiseaux ou même une cigale. C’est le mouvement inverse qu’il faut bien comprendre. Le monde animal se laissait approcher par lui car il y voyait un cœur innocent, autant qu’un humain peut l’avoir, à la suite du Christ. Innocent et pur. Nous, lorsque nous essayons de l’imiter nous n’arrivons pas à ce résultat car nous faisons figure de prédateurs. Voilà la vraie pauvreté en Esprit, celle d’un cœur où toute violence est exclue et qui par voie de conséquence se laisse remplir de l’Amour du Christ.
    Difficile de se dire Franciscain et l’être vraiment. Encore une fois, je vois bien la récupération arriver à grands pas. Les médias qui paraît-il, ont la faculté de faire un concile sur le dos des Pères, commence à façonner une image franciscaine sur le dos de St François et du Pape !
    B.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A l'évidence, les médias modèleront bien vite, selon leurs "sensibilités" l'image qu'a donnée ce nouveau Pape au monde entier; on perçoit déjà une tendance molle, un Pape progressiste, et une plus dure, un Pape en dictature. Ce qui m'inquiète, et je suis loin d'être le seul, c'est l'éternelle référence aux Juifs qu'il a manifesté il y a peu, comme l'ont fait Benoît XVI et d'autres: sommes-nous Catholiques ou Juifs ou Musulmans? Tant que la séparation ne sera pas tranchée, il n'y aura aucun progrès dans l'amour des humains, ces trois religions monothéistes sont absolument antinomiques l'une et l'autre.

      Supprimer
    2. François le plus grand saint de tous les temps ?

      Et bien on y est ! C'est du franciscanisme qui a suscité pas mal de mouvements sectaires et illuminés

      Joachim de Flore n'était-il pas franciscain....?

      Supprimer
  18. A dame Benoïte qui a la comprenette difficile. Reportez vous au Statuts de la Compagnie qui sont facilement accessibles sur le site SJ.
    Un Jésuite peut parfaitement devenir Evêque ou Cardinal et il y en a eu pléthore.

    Les evêques jésuites sont en général nommés dans un diocèse missionnaire, sur l'ais conforme du Supérieur général qui leur annonce la nouvelle (et non le Nonce). Comme il s'agit d'un ordre ils ne sont pas libre de refuser (sauf raison de force majeure comme par exemple une maladie ou une infirmité).

    En ce qui concerne les cardinaux le choix appartient uniquement au Pape et l'on voit mal un Jésuite s'opposer à une décision du Souverain Pontife. Mais dans ce cas ils cessent d'appartenir à la Compagnie et ne sont plus sous la juridiction du Supérieur général. Il y a eu un cas célèbre qui a fait jaser voici une qurantaine d'années : il s'agissait d'un cardinal français qui n'avait été nommé cardinal par le Pape que pour pouvoir postuler à l'Académie française malgré le refus du Supérieur général qui fut ainsi court-circuité. Mal en a pris à ce cardinal qui mourut d'épectase.

    RépondreSupprimer
  19. Pour répondre brièvement aux anonymes… je n’ai pas la prétention de tout savoir ni tout comprendre sur la Compagnie et surtout pas comment « un vœu » peut tout à coup s’exclure…C’est du « oui mais… » On ne sortira jamais des « Provinciales » ! Il y a très certainement un aspect missionnaire de la Compagnie de Jésus qui dépasse ce que l’on en voit et qui passe sans doute aussi au dessus de toutes leurs hérésies, (celles qui ont formé Vatican II), en un mot, qui la dépasse elle-même !
    Quant à St François, il est sûr que le sujet me tient plus à cœur. Effectivement et je crois l’avoir dit, n’est pas Franciscain qui veut, et personne n’arrive à la cheville du Saint Patron. Il en est souvent de même de tous les grands Saints. On essaye de les suivre, de continuer leur œuvre. C’est déjà bien ! De toutes les façons, la mission de St François était personnelle et ne regarde pas ses successeurs. Ceux-ci peuvent épouser Dame Pauvreté, ils ne peuvent pas l’imiter entièrement. St François avait quelque chose de bien précis à faire vis à vis de l’Eglise qui ne concerne que lui. Pensons aussi à un autre Franciscain, bien que son charisme soit différent : Maximilien Kolbe ! Sa conception de l’Immaculée n’est pas vraiment comprise par ses successeurs ! Je m’excuse d’avoir à le dire car il doit avoir des exceptions, mais le message de Lourdes que le Père Maximilien ruminait sans arrêt dans son cœur est particulier et difficile à comprendre. Il ne faut pas tout mettre sur le même plan, Lourdes, Fatima, La Salette ! Aujourd’hui le 11 février est devenu uniquement le jour des malades. Il l’est c’est certain, mais par une puissance de l’Esprit qui procédant du Père et du Fils, guérit… J.P II parlait de la vierge « Eucharistique ». Tout cela comporte des mystères bien plus élevés que l’on croit.
    B.




    RépondreSupprimer